La Revue Item | La tradition sans peur:Alep en Syrie-et varia

 

 

 

La Revue Item | La tradition sans peur


La Revue Item | La tradition sans peur

Link to La Revue Item

Alep en Syrie

Posted: 19 Dec 2016 01:18 PM PST

 

Dans la vieille ville d’Alep les cloches des églises sonnent à toute volée pour fêter la libération

 

 

Alors qu’Obama vient d’accorder une dérogation pour la livraison d’armes aux combattants étrangers en Syrie, les chrétiens de la vieille ville enfin libres s’apprêtent à fêter Noël dans un décor dévasté. Ainsi pour fêter la libération de la presque totalité de l’Est de la ville détenue depuis cinq ans par les islamistes, les paroissiens de l’église en ruines, Notre-Dame d’Alep, ont improvisé une crèche pour fêter le Sauveur.
 .
Les égorgeurs « modérés » désarmés suite à des pourparlers avec les officiers de l’Armée syrienne sont évacués en autobus bondés dans le concert des cloches des églises qui ont sonné à toute volée dans la nuit de mardi à mercredi pour célébrer la libération et la victoire. Dans les secteurs de Cheikh Saïd, d’Assoukkari et de Boustan al-Qasar, les combats se poursuivent, tandis que hier, les combattants du Front al-Nosra (Front Fatah al-Cham) ont demandé à quitter la ville par la route de Castello selon la chaîne de télévision libanaise Al-Manar. Des médiateurs entre les militaires syriens et les combattants ont informé la chaîne de télévision associée au Hezbollah que des membres du groupe Front al-Nosra encerclés par les forces gouvernementales à Alep ont accepté de quitter la ville par le corridor nord (route de Castello).

Hier-soir, seulement 5% de la ville d’Alep était encore la proie des islamistes. Les 24 heures du cessez-le-feu décrété par l’armée syrienne qui ont suivi aujourd’hui ne permettront pas aux terroristes de se renforcer puisqu’ils sont totalement coupés de leurs arrières.

.

Le président Bachar-el-Assad a prévenu que «La libération d’Alep marquera une étape importante sur la voie conduisant à la libération des territoires encore détenus par les terroristes en Syrie, mais la guerre se poursuivra jusqu’à leur élimination totale». Un message envoyé à l’attention de tous ceux qui penseraient à une partition de la Syrie au-delà d’Alep.
.
Barack Obama au secours des terroristes
.
C’est dans ce contexte de véritable débâcle des alliés islamistes de la coalition américaine que Barack Obama aujourd’hui vendredi, vient de donner des gages et des armes aux prétendus « rebelles »  en Syrie:
«J’ai décidé que la transaction, qui englobe la fourniture de services de défense aux forces étrangères, irrégulières, ainsi qu’aux groupes ou aux individus engagés dans le soutien et la facilitation des opérations militaires américaines en cours pour lutter contre le terrorisme en Syrie, était essentiel pour les intérêts nationaux des Etats-Unis», a indiqué Barack Obama.
Il a annoncé dans la foulée une renonciation similaire à la loi sur le contrôle des exportations d’armes vers la Syrie aux rebelles.
Le Kremlin a aussitôt réagi en la personne de son porte-parole, Dmitri Peskov:

«Certainement, le pire résultat de cette décision serait que ces armes, incluant des missiles sol-air, finissent dans les mains des terroristes. Ce qui bien sûr est une sérieuse menace non seulement pour la région mais aussi pour le monde» a t-il expliqué.

Sergueï Lavrov a déclaré pour sa part que ce renfort US serait sans grands effets à Alep :

«Je ne pense pas que ça changera de façon significative la situation à Alep-est, parce que les rebelles sont encerclés et il est peu probable qu’ils puissent recevoir des renforts».

.

Les chrétiens fêtent leur libération

.

Quoiqu’il en soit, les chrétiens de la vieille ville fêtent leur libération dans l’église Notre Dame en ruines où ils ont improvisé au milieu des gravats une crèche pour fêter le Sauveur, autour de leur prêtre et de leurs libérateurs :
Dans la vieille ville d’Alep les cloches des églises sonnent à toute volée pour fêter la libération

En effet l’armée syrienne a repris les quartiers chrétiens du centre historique d’Alep, d’où les terroristes ont installé des tunnels qui conduisent à la citadelle toute proche. Cette zone nettoyée, des centaines d’habitants ont descendu la rue Telal jusqu’au quartier de Sleimaniyé pour manifester leur joie et leurs remerciements à l’armée. Les habitants ont aussitôt constitué des «comités populaires» pour empêcher les terroristes de revenir. Des jeunes des quartiers arméniens s’organisent dans la crainte de nouvelles incursions ennemies, prêts à faire appel à l’armée à la première alerte.

Dans la vieille ville d’Alep les cloches des églises sonnent à toute volée pour fêter la libération

L’agence Sana a indiqué que « les entreprises publiques ont été dépêchées immédiatement pour faire les réparations nécessaires et ramener ces quartiers à la vie normale après les avoir nettoyés des terroristes». Par ailleurs l’armée aidée par les Russes a aussitôt entrepris le déminage.

Dans la vieille ville d’Alep les cloches des églises sonnent à toute volée pour fêter la libération
Photo: l’armée et les milices alliées accueillies à bras ouverts par le clergé et les habitants de ces quartiers chrétiens.
Aujourd’hui l’armée syrienne a suspendu pour 24 heures ses opérations militaires et a  évacué 8 461 civils, dont 2 934 enfants, des zones d’Alep-Est qui restent sous contrôle des djihadistes, selon le communiqué du Centre russe pour la réconciliation en Syrie.

Dans la vieille ville d’Alep les cloches des églises sonnent à toute volée pour fêter la libération

Photo de l’évacuation des civils aujourd’hui.

La Position de la Russie

.

Le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergeï Lavrov, a déclaré lors d’une conférence de presse:

«Plusieurs de nos collaborateurs, notamment nos partenaires de Paris, ont montré leur profonde inquiétude vis-à-vis de la situation humanitaire dans la ville d’Alep. Pourtant, lorsque nous rappelons concrètement les actions entreprises par la Russie dans la région et demandons à nos partenaires de présenter les actions concrètes menées de leur côté, nous ne recevons aucune réponse», «Beaucoup de nos collègues voient ces réunions de l’OSCE comme une tribune pour accuser Moscou de tous les maux. Ce n’est pas une méthode qui fera de l’OSCE une structure efficace pour parvenir à une amélioration de la situation dans la région.», a déclaré Sergueï Lavrov aux journalistes a l’issue de la 23e réunion du Conseil ministériel de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui se tenait hier 8 décembre à Hambourg.

Le ministre en a profité pour exhorté l’envoyé spécial de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura, de «cesser de saboter les pourparlers de paix de Syrie»; il a déploré le silence de l’Occident sur le bombardement ciblé d’un hôpital mobile dans Alep-Ouest qui a causé la mort à deux médecins russes, et occasionné de nombreux blessés civils, manifestant l’espoir que les coupables soient traduits en justice.

«Nous faisons tout simplement notre travail. Visiblement, cela ne plaît pas à tout le monde et la frappe ciblée contre un de nos hôpitaux en est la preuve. Mais je suis convaincu que toutes les mesures seront prises pour punir les responsables et éviter des attaques similaires à l’avenir», a poursuivi Sergueï Lavrov.

Le 8 décembre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé que les forces gouvernementales syriennes avaient suspendu leurs offensives contre les djihadistes à Alep-Est pour effectuer une «énorme» opération d’évacuation des civils. «Des opérations de combat par l’armée syrienne à Alep-Est ont été suspendues. A l’heure actuelle la plus grande opération d’évacuation des civils qui ont souhaité partir est effectuée. C’est une énorme opération. Une colonne de 8 000 personnes évacuées doit marcher cinq kilomètres», a-t-il déclaré.

.

Dernière minute:

« Les troupes gouvernementales et les milices populaires poursuivent la libération des quartiers est de la ville d’Alep », a déclaré vendredi lors d’un point de presse Sergueï Roudskoï, chef du Commandement opérationnel principal de l’État-major général des Forces armées russes. « Au cours de l’offensive réussie, les terroristes ont été délogés de 52 quartiers d’Alep-Est. Rien que sur les quatre derniers jours, le territoire contrôlé par les djihadistes s’est rétrécie d’un tiers. L’armée syrienne contrôle désormais 93 % du territoire de la ville ».

Plus d’un millier de terroristes ont quitté Alep de leur plein gré, la plupart ont été amnistiés, a poursuivi M. Roudskoï. « Au total, 1 096 djihadistes ont quitté Alep de leur plein gré, parmi lesquels 953 ont été amnistiés. Quant aux autres, leur cas est en cours d’examen. Ainsi, le gouvernement syrien s’acquitte pleinement de ses obligations de faire en sorte que les participants de groupes armés illégaux retrouvent une vie normale ». Sputnik

Il semble bien que cette fois-ci Al Nosra, qui est soutenu par la coalition américaine, a déposé les armes, du moins sur l’ensemble d’Alep, même s’il reste quelques rares poches de résistance.
.
.

emiliedefresne@medias-presse.info

Mgr Schneider et la FSSPX

Posted: 19 Dec 2016 01:03 PM PST

Dans une interview donnée au journal Présent le samedi 10 décembre 2016, Mgr Athanasius Schneider a eu des mots tout à fait nouveau vis à vis de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X fondée par Mgr Marcel Lefebvre.

Le souverain pontife a prorogé la possibilité de confesser pour les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X au-delà de l’Année de la Miséricorde. Cela vous paraît-il une décision importante ? .

Oui, bien sûr, et j’en suis très heureux ! Voilà un geste très pastoral, très miséricordieux, selon moi un des gestes les plus importants du pontificat du pape François, qui aide le processus d’intégration canonique de cette réalité ecclésiale qui existe depuis 50 ans et qui porte des fruits spirituels évidents. Beaucoup de jeunes familles regroupées autour de la Fraternité Saint-Pie X aiment l’Eglise, prient pour le pape, comme le faisaient leurs ancêtres avant eux. L’Eglise contient diverses maisons, diverses spiritualités. Seuls les ecclésiastiques hostiles à la Fraternité lui présentent des exigences exagérées. Jean XXIII comme Paul VI ont toujours insisté sur le caractère pastoral du Concile. Si la Fraternité a des difficultés pour accepter certains documents de Vatican II, il faut replacer cela dans le contexte de l’objectif pastoral du Concile. Le dogme n’a pas changé. Nous avons la même foi. Il n’y a donc pas de problème pour une intégration canonique de la Fraternité Saint-Pie X.

Vous avez été un des hommes d’Eglise envoyés par le Vatican pour visiter des séminaires et des prieurés de la Fraternité. Quelle solution pensez-vous possible à sa position controversée ?

La prélature personnelle est une position très adaptée à la réalité de la Fraternité Saint-Pie X et à sa mission. Je suis convaincu que Mgr Lefebvre aurait accepté volontiers et avec gratitude cette structure ecclésiale officielle, reconnaissance par l’Eglise de l’apostolat mené. Ce ne serait que rendre justice, bien tardivement, à l’injuste suppression de la Fraternité en 1975 de la part du Saint-Siège. À ce moment-là, Mgr Lefebvre a présenté un recours. L’érection d’une prélature serait en quelque sorte accepter le recours canonique de Mgr Lefebvre avec un retard de 40 ans. D’autre part, la Fraternité ne doit pas exiger des garanties à 100 %, ce qui reste irréaliste : nous sommes sur terre, pas au Ciel ! Ce serait un geste qui trahirait un certain manque de confiance en la Providence.

Le Pape François et Hidalgo

Posted: 19 Dec 2016 09:52 AM PST

 

Laurent Dandrieu : Sur les migrants, le pape et Hidalgo partagent de “bonnes ondes”

 

Journaliste, critique de cinéma

Anne Hidalgo a participé à un colloque sur l’aide aux migrants organisé par l’Académie pontificale des sciences : comment expliquer sa participation ?

La volonté de l’Académie pontificale des sciences était de réunir des maires pour, écrit le correspondant à Rome du quotidien La Croix, Nicolas Senèze, « donner corps à un réseau de maires européens capable, face à la crise migratoire, de faire bouger l’Europe et les gouvernements. Des gouvernements que nombre de maires présents regrettent de voir paralysés par la montée des populismes. » Dans cette optique très militante, c’est l’absence du maire de Paris qui aurait été étonnante, tant Anne Hidalgo se veut en pointe dans l’accueil inconditionnel des migrants, sujet sur lequel, en dépit de désaccords sur bien d’autres points – et notamment sur les questions de morale naturelle -, elle est absolument en phase avec le pape François. Il faut noter que, sur un autre thème cher au pape – la lutte contre le changement climatique -, Anne Hidalgo est depuis le mois d’août dernier présidente de C40, un réseau de grandes villes mobilisées sur ce sujet. Anne Hidalgo est donc au cœur de cette logique de villes organisées en réseau international pour constituer un contre-pouvoir aux États nationaux, que semble vouloir promouvoir l’Académie pontificale des sciences.

Le pape François lui a envoyé une lettre dans laquelle il lui exprime sa « gratitude pour [son] action avisée ».

Est-ce un message politique ?

Il faut bien préciser que, contrairement à ce que la presse a indiqué en vertu du sempiternel narcissisme national des médias – et peut-être en vertu d’une ambiguïté soigneusement entretenue par l’intéressée elle-même -, le pape n’a pas écrit spécifiquement à Anne Hidalgo, mais à tous les maires présents, et il n’y a pas de raison de penser que cette lettre ait été personnalisée. Sachant que les maires qui ont participé à ce colloque intitulé « Les migrants sont nos frères et nos sœurs » ont voulu poser les bases d’un réseau d’accueil des réfugiés, le chaud soutien que le pape a voulu apporter à leurs travaux – « Je souhaite vous exprimer mon admiration et ma gratitude pour votre action avisée et votre persévérance en faveur de nos frères et sœurs réfugiés » – est évidemment politique. Dans le cas particulier d’Hidalgo, quand on connaît l’irresponsabilité de sa politique, qui consiste à ouvrir toutes grandes les portes aux migrants sans organiser le moins du monde leur intégration autrement que par des paroles pieuses – politique qui consiste à ajouter de la misère à la misère et du chaos au chaos, sans le moindre souci du bien de la population parisienne ; comme, d’ailleurs, le pape ne se soucie guère des populations européennes dans ses appels répétés à l’accueil -, la phrase, si elle ne vise pas expressément cette politique, paraît pour le moins surréaliste.

À la fin du courrier, le pape demande de bien vouloir « prier » ou de penser à lui et de lui « envoyer une onde positive »… Normal ?

Dans son souci de se rendre acceptable à ceux qui ne partagent pas sa foi en Dieu, et à qui, donc, il ne pouvait demander une véritable prière, le pape a employé une expression pour le moins étrange, très « new age ». On peut considérer que c’est un détail sans importance ; on peut aussi (c’est une autre lecture) trouver pour le moins déplacé dans la bouche d’un pape un propos aussi radicalement étranger à la spiritualité catholique. Il est vrai que ce pape nous a habitués à entendre des propos qui sonnent étrangement dans la bouche d’un pape.

Homélie de Mgr Schneider prononcée à l’occasion de la XXVe fête du livre de Renaissance Catholique

Posted: 19 Dec 2016 08:01 AM PST

XXVe Fête du livre de Renaissance Catholique, Dimanche 4 décembre 2016

Mgr Athanasius Schneider : La vie chrétienne et la persécution.

Homélie de SE Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan)

Le très beau sermon de Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan) à la XXVe Fête du livre de Renaissance Catholique le 4 décembre dernier sur La vie chrétienne et la persécution.

Chers frères et sœurs en Christ ! Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ avait proclamé solennellement avant sa mort rédemptrice sur la Croix, en présence des autorités incrédules de ce monde :  » Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix » (Jn 18, 37). La contradiction la plus manifeste avec l’esprit et la vie de Jésus Christ serait la crainte de confesser la vérité ou même d’accepter le moindre compromis dans le domaine de la vérité.

Nous nous appelons chrétiens d’après le nom du Christ, Notre Sauveur, mais aussi d’après l’huile sacrée et parfumée, appelée saint chrême, chrisma en latin, avec laquelle nous avons été oints lors du sacrement de la confirmation. Dans ce sacrement l’huile signifie l’abondance de la grâce qui se répand dans l’âme du chrétien pour le confirmer dans la foi ; et le baume, qui est odorant et préserve de la corruption, signifie que le chrétien, fortifié par cette grâce, est capable de répandre la bonne odeur des vertus chrétiennes et de se préserver de la corruption des vices. L’onction est faite sur le front, où apparaissent les signes de la crainte et de la honte, afin que le confirmé comprenne qu’il ne doit pas rougir du nom et de la profession de chrétien, ni avoir peur des ennemis de la foi. Puis l’évêque donne un léger soufflet au confirmé pour qu’il sache qu’il doit être prêt à souffrir toute sorte d’affronts et de peine pour la foi de Jésus-Christ. Faire des co mpromis concernant la vérité de la foi catholique, être « politiquement correct » que ce soit au sein de l’Église ou en dehors de l’Église, contredirait directement le nom chrétien, le nom catholique.

Il est évident qu’aujourd’hui les chrétiens vivent une époque de persécution au niveau presque mondial. Notre situation présente des similitudes avec l’ère de la persécution générale des chrétiens des premiers siècles de l’Église. De cette période nous possédons un exemple touchant du martyre de toute une paroisse dans la cité d’Abitène en Afrique du Nord pendant la persécution de Dioclétien. Le prêtre saint Saturnin était en train de célébrer la Sainte Messe du dimanche à laquelle assistait sa paroisse, toutefois secrètement, car il était interdit aux chrétiens de se rassembler pour la liturgie. La police fit soudainement irruption dans l’assemblée des fidèles et les arrêta tous. Les enfants de saint Saturnin, un veuf – ils étaient nés avant son ordination-, étaient aussi présents : Saturnin et Félix, lecteurs, Marie, une vierge consacrée, et Hilarion, un enfant de six ans. Tous les fidèles et leur curé furent emmenés au juge, puis emprisonnés avant d’être exécu tés. Sur le chemin du tribunal ils rencontrèrent leur évêque Fundanus, qui revenait juste d’avoir commis l’acte d’apostasie. Quand le petit enfant Hilarion fut interrogé par le juge, il répondit : « Je suis chrétien et j’ai participé à la liturgie. J’y suis allé de plein gré, personne ne m’a contraint à y aller. » Le juge, qui avait pitié de lui, essaya de l’intimider en le menaçant de peines infantiles. Toutefois, le petit garçon ne fit qu’en rire. Alors le gouverneur lui dit : « Je te couperai le nez et les oreilles ». Hilarion répondit : « Vous pouvez le faire, mais de toute façon je suis chrétien. » Quand le proconsul eut donné l’ordre de les renvoyer à la prison pour l’exécution, le petit Hilarion avec tous les fidèles s’exclama :  » Grâces à Dieu ». Par sa confession de foi et son martyre ce petit garçon, les autres adolescents, les pères et les mères de famille, fidèles, avec leur curé Saturnin firent ainsi réparation pour l’apostasie de leur évêque.

La fidélité à la foi catholique et le martyre chrétien ne demandent pas seulement la confession intrépide de la vérité divine face aux païens et aux infidèles, mais aussi face aux chrétiens hérétiques. Parmi ces nombreux martyrs on peut présenter l’exemple touchant de Sir John Burke de Brittas en Irlande à l’époque de la persécution de la foi catholique au début du 17ème siècle. Un dimanche matin, dans le château de John Burke, des catholiques étaient rassemblés pour assister à la Sainte Messe, célébrée par un prêtre clandestin. Mais les autorités civiles avaient été informées par un traître. Soudain une bande de soldats encercla la maison, où la Sainte Messe était en train d’être célébrée. Le capitaine demanda qu’on le laissât entrer. L’unique réponse de Sir Burke fut qu’il pouvait librement entrer, s’il s’était préparé à faire sa confession et avait entraîné ses compagnons à faire de même ; autrement ils devaient rester dehors, car les infidèles ne devaient pas avoir part à ce qui est saint, ni les choses saintes être jetées aux chiens ou les perles aux pourceaux. Lorsque John Burke comparut devant ses juges le président du tribunal déclara qu’il le traiterait avec une grande déférence s’il obéissait au souhait du Roi en tout ce qui concernait la foi et la religion, autrement il serait condamné à mort. Mais John Burke resta inflexible. Ensuite il écouta la sentence de mort avec un visage joyeux, et répondit seulement qu’il était heureux que ceux qui tuent son corps n’aient pas de pouvoir sur son âme. Il ajouta quelques mots, par lesquels il déclara son aversion pour les doctrines et les opinions hérétiques ainsi que son désir cordial d’obéir à l’enseignement de l’Église catholique, dans la communauté de laquelle il déclarait vouloir mourir. Quand on arriva sur le lieu d’exécution, il demanda à être mis par terre, afin de pouvoir s’en approcher sur les genoux, ce qui lui fut accordé. John Burke montra le même contentement et la même joie q ue s’il s’était rendu à une fête somptueuse. Au dernier moment on lui offrit le pardon, la restitution de ses terres et une promotion, s’il prêtait le serment de reconnaître la suprématie du Roi en matière de religion et assistait au culte protestant. Il dit que pour rien au monde il n’offenserait Dieu, qu’il n’échangerait pas le ciel pour la terre, et qu’il condamnerait et abominerait tout ce que l’Église catholique avait toujours condamné et répudié. John Burke est mort en décembre 1607 à Limerick en Irlande (cf. Murphy, D., Our Martyrs, Dublin 1896, pp. 228 – 239).

De nos jours nous sommes tous témoins des nouveaux martyrs chrétiens, spécialement au Proche-Orient, où aux yeux du monde entier sont martyrisés nos frères et sœurs en Christ. Au début de l’histoire de l’Église le Saint-Esprit a adressé à tous les chrétiens par l’apôtre saint Jean ces paroles : « Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie » (Apc 2. 10).

Ainsi-soit-il.



 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s