OMICRON REND TRES DANGEREUSE LA LOGIQUE ACTUELLE DE VACCINATION par pgibertie-texte tronqué à droite-voir sur le site

LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE
OMICRON REND TRES DANGEREUSE LA LOGIQUE ACTUELLE DE VACCINATION par pgibertie Dans ce dossier le plus complet possible je présente les inquiétudes des scientifiques qui redoutent une actualisation baclée des « vaccins  » actuels. Les annonces et les mensonges des médecins de plateaux télé sont effrayantes, les foules qui les écoutent sont hypnotisées… Ils ont joué, nous avons collectivement perdu… Retour à la case départ, Pfizer annonce un futur vaccin disponible pour le printemps, les piquouzes actuelles OMICRON s’en fout… Rassurez vous l’ivermectine et ses copines détruisent les mutants mais elles sont réservées aux complotistes . Les autres? faites attention aux anticorps facilitants qui exploseront s’ils actualisent leurs potions…Les doses actuelles posent également problème. Ils devraient revoir la copie et inventer des vaccins intégrant la menace des anticorps facilitants . Pour le moment personne ne sait faire… Le nouveau variant , fils illégitime des injections , remdesivir, molnupiravir anticorps monoclonaux et autres mutagènes de Big Pharma  fait plonger la bourse et relance la paranoïa…Ils avouent même que les vaccins sont inefficaces. Pour le moment l’Afrique de l’artemesinine et de l’ivermectine lui échappe… Le Nu apparu au Bostwana  s’est retrouvé à Hong Kong via un double dose Pfizer , retrouvé également en Israel via trois doubles doses Pfizer Israël détecte son premier cas de nouvelle souche COVID-19 hautement mutée 2 autres rapatriés du Malawi également soupçonnés d’avoir la variante contagieuse B.1.1.529 ; tous les 3 ont été vaccinés ; Le PM convoque une réunion et exhorte à l’achat de kits PCR qui détectent mieux la souche Heureusement pour le moment seule la partie vaccinée du continent africain est touchée https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/11/l-afrique-du-sud-en-premiere-ligne-dans-la-bataille-pour-l-acces-aux-vaccins_6097915_3212.html  En Asie, tous les indicateurs boursiers sont passés au rouge ce vendredi après la diffusion d’études mettant en garde contre la propagation rapide dans certaines régions du monde, et particulièrement en Afrique du Sud, d’un nouveau variant du Covid-19. Baptisé « B.1.1.529 », il est potentiellement plus contagieux que le variant Delta, qui avait déstabilisé la planète ces derniers mois. Pire les 32 mutations enregistrées sur la fameuses protéines spike  rendent les fameux vaccins totalement inutiles Le nouveau variant est le fruit d’une mutation intervenue chez un patient immunodéprimé qui l’aurait conservé longtemps dans son organisme  ( vih ou traité au remdesivir, molnupiravir, anticorps monoclonaux ou simplement vacciné ????) sans parvenir à le faire disparaitre. L’histoire est toujours la même Seuls 10 cas dans trois pays ont été confirmés par séquençage génomique, mais la variante a suscité de sérieuses inquiétudes chez certains chercheurs car un certain nombre de mutations peuvent aider le virus à échapper à l’immunité. La variante B.1.1.529 a 32 mutations dans la protéine de pointe, la partie du virus que la plupart des vaccins utilisent pour amorcer le système immunitaire contre Covid. Des mutations dans la protéine de pointe peuvent affecter la capacité du virus à infecter les cellules et à se propager, mais elles rendent également plus difficile pour les cellules immunitaires d’attaquer l’agent pathogène. La variante a été repérée pour la première fois au Botswana, où trois cas ont maintenant été séquencés. Six autres ont été confirmés en Afrique du Sud , et un à Hong Kong chez un voyageur de retour d’Afrique du Sud. Le Dr Tom Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres, a publié les détails de la nouvelle variante sur un site Web de partage de génomes , notant que « la quantité incroyablement élevée de mutations de pointes suggère que cela pourrait être une réelle préoccupation ». Dans une série de tweets , Peacock a déclaré qu’il « devrait être très, très surveillé en raison de cet horrible profil de pointe », mais a ajouté qu’il pourrait s’avérer être un « groupe étrange » qui n’est pas très transmissible. « J’espère que c’est le cas », a-t-il écrit. Ravi Gupta, professeur de microbiologie clinique à l’Université de Cambridge, a déclaré que les travaux de son laboratoire avaient révélé que deux des mutations sur B.1.1.529 augmentaient l’infectiosité et réduisaient la reconnaissance des anticorps. « Cela semble certainement une préoccupation importante sur la base des mutations présentes », a-t-il déclaré. « Cependant, une propriété clé du virus qui est inconnue est son infectiosité, car c’est ce qui semble avoir principalement conduit la variante Delta. L’évasion immunitaire n’est qu’une partie de l’image de ce qui peut arriver. Le professeur François Balloux, directeur de l’Institut de génétique de l’UCL, a déclaré que le grand nombre de mutations de la variante s’étaient apparemment accumulées en un « single burst », suggérant qu’elle pourrait avoir évolué au cours d’une infection chronique chez une personne dont le système immunitaire est affaibli, peut-être un patient VIH/Sida non traité. https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=giberpa&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1464005681845923844&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fpgibertie.wordpress.com%2F2021%2F11%2F26%2Fnu-n-les-rend-tous-fous-panique-en-israel-il-est-vehicule-par-des-multi-injectes-pfizer%2F&sessionId=2f9904aeb246899b9e563b4bbd3366c20ef4c8ad&siteScreenName=giberpa&theme=light&widgetsVersion=f001879%3A1634581029404&width=550px RETOUR A LA CASE DEPART: le danger de la précipitation Il y a quelques mois jj ‘envisageais ce qui s’est passé , un mutant résistant à leurs injections . Des chercheurs l’appelaient DELTA++? CE SERA OMICRON Ils avertissaient La variante SARS-CoV-2 Delta est sur le point d’acquérir une résistance complète aux vaccins Arn actuels et de nouvelles doses pourraient aggraver l’infection Faut il alors des vaccins qui  ne s’appuieraient plus sur le virus de 2019 mais sur le delta mutant ? Une immunisation supplémentaire de la protéine de pointe dérivée des variantes du SRAS-CoV-2 peut stimuler davantage les anticorps aggravants que les anticorps neutralisants chez les individus qui ont déjà été infectés par le SRAS-CoV-2 de type sauvage ou immunisés avec des vaccins composés de protéine de pointe de type sauvage  Une protéine de pointe entière contenant des mutations RBD observées dans des variantes majeures mais dépourvues des épitopes d’anticorps activateurs peut devoir être considérée comme un vaccin de rappel. C’est réalisable en identifiant les régions de la protéine Spike à l’origine de la production des anticorps « facilitants » et en les enlevant de la structure finale de la protéine Spike vaccinale. Cela nécessite un travail préalable d’identification des épitopes B « facilitants  On constate que l’immunité naturelle conférée lors d’une infection par le SARS-CoV-2 et ses variants apparaît nettement supérieure à celle conférée par une vaccination. Cette immunité naturelle repose sur la stimulation du système immunitaire de la personne infectée contre l’ensemble des antigènes viraux.
Selon les données actuelles, il semble que l’immunité naturelle conférée par le virus SARS-CoV-2 soit environ dix fois supérieure à celle obtenue par une vaccination contre la protéine Spike. Il ne faudra pas 100 jours pour mettre au point une nouvelle génération de vaccins. Une simple actualisation serait désastreuse: il faut envisager des vaccins de deuxième génération avec des formulations de la protéine Spike dépourvues d’épitopes structurellement conservés, liés à l’ADE. https://www.francesoir.fr/societe-sante/le-variant-delta-remet-il-en-cause-la-strategie-de-vaccination https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(21)00392-3/fulltext LE TERRIBLE AVERTISSEMENT  DU DOCTEUR SIANG VALIDE PAR  LES PREMIERES IMAGES POST AUTOPSIES Partout dans le monde, je constate des efforts pour soutenir des programmes de « solution rapide » visant à développer des vaccins et des thérapies contre le COVID-19. Des groupes aux États-Unis et en Chine prévoient déjà de tester des vaccins sur des volontaires humains en bonne santé. Ne vous y trompez pas, il est essentiel que nous travaillions aussi dur et aussi vite que possible pour développer des médicaments et des vaccins largement disponibles dans le monde. Mais il est important de ne pas rogner sur les raccourcis. Les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la polio, la variole et la grippe ont une longue histoire d’utilisation sûre et ont été développés conformément aux exigences des organismes de réglementation. Je travaille au développement de vaccins et de traitements contre les coronavirus depuis 2003, lorsque l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) s’est produite. À mon avis, les protocoles standard sont essentiels pour protéger la santé. Avant d’autoriser l’utilisation d’un vaccin COVID-19 chez l’homme, les régulateurs doivent évaluer la sécurité avec une gamme de souches virales et dans plus d’un modèle animal. Ils devraient également exiger des preuves précliniques solides que les vaccins expérimentaux préviennent l’infection, même si cela impliquera probablement d’attendre des semaines, voire des mois, pour que les modèles soient disponibles. C’est du temps bien dépensé. Les travaux avec le virus du SRAS montrent que des réponses immunitaires inquiétantes ont été observées chez les furets et les singes, mais pas chez les souris. De plus, certains fragments de protéines virales peuvent provoquer des réponses immunitaires plus puissantes ou moins risquées que d’autres, et il est logique d’apprendre cela dans des études animales avant de les essayer chez l’homme. Il y a des décennies, des vaccins développés contre un autre coronavirus, le virus de la péritonite infectieuse féline, augmentaient le risque pour les chats de développer la maladie causée par le virus ( T. Takano et al. J. Vet. Med. Sci. 81 , 911-915; 2019 ). Des phénomènes similaires ont été observés dans des études animales pour d’autres virus, y compris le coronavirus qui cause le SRAS ( YW Kam et al. Vaccine 25 , 729-740 ; 2007 ). Les régulateurs doivent continuer à exiger que les développeurs de vaccins vérifient les réponses potentiellement dangereuses dans les études sur les animaux. Ils doivent également veiller à évaluer les volontaires humains en bonne santé pour les anticorps contre les coronavirus avant de les inscrire à des essais de sécurité. Les bailleurs de fonds doivent se méfier du battage médiatique et débloquer davantage de subventions pour des tests appropriés pour le développement de médicaments et de vaccins contre les coronavirus. Mon inquiétude est que cela puisse signifier qu’un vaccin est administré avant que son efficacité et son innocuité n’aient été entièrement évaluées dans des modèles animaux ou des essais cliniques.  Un autre facteur doit également être pris en compte : le potentiel des coronavirus émergents et ré-émergents à provoquer de futures épidémies. Le virus derrière COVID-19 pourrait bien muter d’une manière qui rendrait inutiles les vaccins et les antiviraux auparavant efficaces. Par conséquent, tout organisme de réglementation envisageant des moyens d’accélérer les traitements dans les tests devrait également évaluer la probabilité que ces médicaments fonctionnent au-delà de ce coronavirus particulier. Tester des vaccins et des médicaments sans prendre le temps de bien comprendre les risques pour la sécurité pourrait entraîner des revers injustifiés pendant la pandémie actuelle et à l’avenir. La volonté du public de soutenir les quarantaines et autres mesures de santé publique pour ralentir la propagation a tendance à être corrélée à la confiance des gens dans les conseils de santé du gouvernement. Une ruée vers des vaccins et des thérapies potentiellement risquées trahira cette confiance et découragera les travaux visant à développer de meilleures évaluations. Malgré le réel besoin d’urgence, le vieil adage tient : mesurez deux fois, coupez une fois. Nature 579 , 321 (2020) Partout dans le monde, je constate des efforts pour soutenir des programmes de « solution rapide » visant à développer des vaccins et des thérapies contre le COVID-19. Des groupes aux États-Unis et en Chine prévoient déjà de tester des vaccins sur des volontaires humains en bonne santé. Ne vous y trompez pas, il est essentiel que nous travaillions aussi dur et aussi vite que possible pour développer des médicaments et des vaccins largement disponibles dans le monde. Mais il est important de ne pas rogner sur les raccourcis. doi : https://doi.org/10.1038/d41586-020-00751-9 Les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la polio, la variole et la grippe ont une longue histoire d’utilisation sûre et ont été développés conformément aux exigences des organismes de réglementation. Shibo Jiang Shibo Jiang est professeur de virologie à la School of Basic Medical Sciences, Fudan University, Shanghai, Chine, et au New York Blood Center, New York, États-

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s