Le PDG d’une compagnie d’assurance-vie de l’Indiana constate que les décès ont augmenté de 40 % chez les personnes âgées de 18 à 64 ans-Olivier Demeulenaere

← Le président-dictateur Macron a deux « envies » : être réélu et emmerder les non-injectés, ces non-citoyens« Macron n’est pas un fin stratège, c’est un fasciste, un danger pour ce pays » (A. Poulin) →

Le PDG d’une compagnie d’assurance-vie de l’Indiana constate que les décès ont augmenté de 40 % chez les personnes âgées de 18 à 64 ans

Publié le 6 janvier 2022 par Olivier Demeulenaere

Le directeur de la compagnie d’assurance OneAmerica, basée à Indianapolis, a déclaré que le taux de mortalité a augmenté de façon stupéfiante, de 40 % par rapport aux niveaux pré-pandémiques chez les personnes en âge de travailler.

« Nous observons, en ce moment même, les taux de mortalité les plus élevés que nous ayons vus dans l’histoire de notre société – et pas seulement chez OneAmerica », a déclaré le PDG de la compagnie, Scott Davison, lors d’une conférence de presse en ligne cette semaine. « Les données sont cohérentes avec tous les acteurs de ce domaine ».

OneAmerica, fondé en 1877, est une compagnie d’assurance au capital de 100 milliards de dollars dont le siège social se trouve à Indianapolis. La société compte environ 2 400 employés et vend de l’assurance-vie, notamment de l’assurance-vie collective aux employeurs de l’État.

Davison a déclaré que l’augmentation du nombre de décès représente « un nombre énorme, énorme », et que ce ne sont pas des personnes âgées qui meurent, mais « principalement des personnes en âge de travailler, entre 18 et 64 ans » qui sont les employés d’entreprises qui ont des plans d’assurance-vie collectifs chez OneAmerica.

« Et ce que nous avons vu au troisième trimestre, et que nous voyons se poursuivre au quatrième trimestre, c’est que les taux de mortalité ont augmenté de 40% par rapport à ce qu’ils étaient avant la pandémie », explique-t-il.

« Pour vous donner une idée de la gravité de la situation, une catastrophe quotée trois sigmas, c’est-à-dire arrivant une année sur 200, correspondrait à une augmentation de 10 % de décès par rapport à la moyenne. Donc 40 %, c’est du jamais vu ».

Davison est l’un des nombreux chefs d’entreprise qui se sont exprimés lors de la conférence de presse virtuelle organisée le 30 décembre par la Chambre de commerce de l’Indiana.

Selon M. Davison, la plupart des demandes d’indemnisation déposées pour des décès ne sont pas classées dans la catégorie des décès dus à la maladie COVID-19.

« Ce que les données nous montrent, c’est que les décès qui sont déclarés comme des décès COVID sous-estiment grandement les décès réels parmi les personnes en âge de travailler. Il se peut que tous les décès ne soient pas inscrits sous la rubrique COVID sur leur certificat de décès, mais le nombre de décès est tout simplement énorme, énorme. »

Il a déclaré que, parallèlement, la société constate une « hausse » des demandes de remboursement pour invalidité, disant qu’au début, il s’agissait de demandes d’invalidité à court terme, et maintenant l’augmentation est dans les demandes d’invalidité à long terme.

« Pour OneAmerica, nous nous attendons à ce que les coûts de cette situation dépassent largement les 100 millions de dollars, et il s’agit de notre plus petit secteur. L’impact est donc énorme », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les coûts seront répercutés sur les employeurs qui achètent des polices d’assurance-vie collectives, qui devront payer des primes plus élevées.

Les chiffres hebdomadaires des CDC, qui reflètent les informations figurant sur les certificats de décès et ont donc un décalage de huit semaines ou plus, montrent que pour la semaine se terminant le 6 novembre, il y a eu beaucoup moins de décès dus au COVID-19 dans l’Indiana qu’il y a un an – 195 contre 336 – mais plus de décès dus à d’autres causes – 1 350 contre 1 319.

Ces décès concernaient toutefois des personnes de tous âges, alors que les informations auxquelles Davison fait référence concernaient des personnes en âge de travailler, employées par des entreprises ayant souscrit des polices d’assurance-vie collectives.

Lors de la même conférence de presse où s’est exprimé M. Davison, Brian Tabor, président de l’Association des hôpitaux de l’Indiana, a déclaré que les hôpitaux de l’État étaient submergés de patients « souffrant de nombreuses pathologies différentes », ajoutant que « malheureusement, la santé des habitants de l’Indiana a décliné pendant la pandémie ».

Dans un appel pour suivi, il a dit qu’il n’avait pas de données montrant pourquoi tant de personnes dans l’État sont hospitalisées – pour quelles conditions ou affections. Mais il a ajouté que le taux de mortalité extraordinairement élevé cité par Davison correspondait à ce que les hôpitaux de l’État observent.

« Ce que cela a confirmé pour moi, c’est que cela confirme ce que nous voyons sur le terrain,… » a-t-il dit.

Le nombre d’hospitalisations dans l’État est maintenant plus élevé qu’avant l’introduction du vaccin COVID-19 il y a un an, et en fait le plus élevé des cinq dernières années, a déclaré le Dr Lindsay Weaver, médecin-chef de l’Indiana, lors d’une conférence de presse avec le gouverneur Eric Holcomb mercredi.

Seulement 8,9 % des lits d’unités de soins intensifs sont disponibles dans les hôpitaux de l’État, ce qui est le taux le plus bas de l’année et le plus faible jamais enregistré pendant la pandémie. Mais la majorité des lits de soins intensifs ne sont pas occupés par des patients atteints de la maladie COVID-19 – 37 % seulement le sont, tandis que 54 % des lits de soins intensifs sont occupés par des personnes souffrant d’autres maladies ou affections.

Le tableau de bord en ligne de l’État montre que la moyenne mobile des décès quotidiens dus au COVID-19 est inférieure de moitié à ce qu’elle était il y a un an. Au plus fort de la pandémie, il y a un an, 125 personnes sont mortes en une seule journée, le 29 décembre 2020. Au cours des trois derniers mois, le nombre le plus élevé de décès en une journée a été de 58, le 13 décembre.

Margaret Menge, The Center Square, le 1er janvier 2022

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Rappels :

Les décès de pilotes états-uniens ont augmenté de 1750 % après leur vaccination obligatoire

Pr Perronne : « On modifie les cellules des gens et les effets secondaires, les morts explosent en ce moment ! »

Les assureurs crachent le morceau : le vaccin antiCovid est expérimental

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s