La Voix de Dieu Magazine: Pourquoi le dollar numérique va détruire la liberté d’expression… Washington est en train de construire l’infrastructure nécessaire pour supprimer la liberté d’expression en la liant au crédit social. Cela serait étendu pour contrôler et contraindre comment et quand vous dépensez votre argent.

La Voix de Dieu Magazine
Pourquoi le dollar numérique va détruire la liberté d’expression… Washington est en train de construire l’infrastructure nécessaire pour supprimer la liberté d’expression en la liant au crédit social. Cela serait étendu pour contrôler et contraindre comment et quand vous dépensez votre argent. par Les coeurs unis Magazine Pourquoi le dollar numérique va détruire la liberté d’expressionLes couchers de soleil scintillent sur le Pacifique. Les coquelicots fleurissent cupa de oro au printemps. Le Golden Gate Bridge rayonne à travers le brouillard de la baie de San Francisco.Ces lueurs dorées peuvent subsister. Mais au cours des 50 dernières années, l’éclat du Golden State a été systématiquement dépouillé par les sociopathes et les égocentriques du gouvernement.Toutes les taches d’or d’un gouvernement responsable et modéré ont été réduites à néant comme les mineurs du XIXe siècle ont détruit les contreforts de la Sierra Nevada. Des bâtons de pèlerin pour tous.Les fonctionnaires de l’État à Sacramento sont devenus complètement fous. En ce moment même, ils utilisent le prétexte du COVID-19 pour présenter toute une série de propositions législatives visant à piétiner la vie privée, à abuser des mineurs, à intimider les médecins et à détruire les moyens de subsistance. Voici ce que nous voulons dire…AB1993, par exemple, exige une preuve de vaccination contre le COVID-19 pour tous les employés et les entrepreneurs indépendants qui veulent travailler en Californie. Et l’AB1797 crée un système de suivi des vaccinations permettant à toutes les agences gouvernementales d’accéder aux dossiers de vaccination de toutes les personnes. Mais ce n’est pas tout. Il y a beaucoup, beaucoup plus…Le SB871 ajoute l’injection anti COVID-19 à la liste des vaccinations pour les écoles publiques/privées, indépendamment de l’approbation de la FDA, sans exemption pour convictions personnelles et avec de très rares exemptions médicales. Le SB866 abaisse l’âge du consentement à la vaccination à 12 ans sans consentement ni connaissance des parents. Ce projet de loi ne fait qu’entériner ce qui s’est déjà produit, à savoir que des écoles de Los Angeles ont vacciné des mineurs en échange de pizzas sans le consentement des parents. Le SB1479 exige des écoles qu’elles créent des plans de dépistage du COVID à long terme et qu’elles communiquent les résultats des tests au Département de la santé publique de Californie. Le SB1184 autorise le personnel de santé scolaire à divulguer les informations médicales d’un enfant à un tiers sans le consentement des parents. AB2098 classe les avis médicaux anti-COVID comme une « conduite non professionnelle » et les soumet à la discipline des conseils médicaux. Le SB920 autorise les commissions médicales à inspecter le cabinet d’un médecin et ses dossiers médicaux sans le consentement du patient. Le SB1464 exige que les forces de l’ordre appliquent les directives de santé publique sous peine de perdre leur financement. Franchement, c’est de la folie. Mais voici l’argument massue…Si vous exprimez une opinion contraire – comme dire que le risque des injections anti COVID-19 pour les enfants en bonne santé dépasse de loin le risque réel du COVID-19 – vous enfreindrez la loi, et serez sujet à des sanctions civilesDiscours illégalLe sénateur d’État Richard Pan – un abruti absolu – fait une fixation mentale sur le contrôle de ce que les gens publient sur le web mondial. En 2018, Pan a introduit le SB1424, « Internet : médias sociaux : groupe consultatif ».Si le gouverneur sortant Jerry « Moonbeam » Brown n’avait pas opposé son veto au SB1424, il aurait exigé que le procureur général de l’État crée un comité consultatif chargé d’examiner et de créer un plan pour mettre fin à la « propagation de fausses informations par le biais de plateformes de médias sociaux basées sur Internet. »Le plan, avant le veto, envisageait d’exiger que les sites Web californiens utilisent des vérificateurs de faits pour vérifier les nouvelles avant de les publier. Le nom de ces vérificateurs n’était pas défini. Brown a eu le bon sens de le rejeter.Pourtant, le sénateur Pan est de nouveau à l’œuvre. Cette fois avec le SB1390, « Plateformes de médias sociaux : amplification du contenu nuisible ».Le projet de loi, en bref, interdit à toute personne/entité de faire des déclarations que le gouvernement juge fausses ou trompeuses par quelque moyen que ce soit, y compris sur Internet/les annonces. En voici un extrait :« Ce projet de loi interdirait à une plateforme de médias sociaux, telle que définie, d’amplifier le contenu préjudiciable d’une manière qui amène un utilisateur à voir le contenu préjudiciable d’un autre utilisateur avec lequel l’utilisateur n’a pas choisi de partager une connexion. […] »« Le projet de loi prévoirait que le contenu préjudiciable comprend la diffamation ou la calomnie, comme spécifié, les menaces de violence imminente contre des entités gouvernementales, et la désinformation ou la mésinformation, y compris, mais sans s’y limiter, les informations fausses ou trompeuses concernant la médecine ou les vaccinations, les informations fausses ou trompeuses concernant les élections, et les théories du complot. »Le projet de loi exigerait également la mise en place d’un processus de plainte […] par lequel les utilisateurs signalent à une base de données ce qu’ils perçoivent comme un contenu préjudiciable. Les plaintes seraient ensuite suivies et partagées avec le procureur général.Les plateformes de médias sociaux seraient alors tenues de supprimer les contenus « préjudiciables » dans les 24 heures suivant la réception d’un avis du procureur général. En outre, les contrevenants pourraient être soumis à des « sanctions civiles ».Le projet de loi, en substance, donne au gouvernement le pouvoir de décider quel discours est légal et illégal en se basant sur une idée perçue de ce qui est faux ou trompeur. Mais comment le gouvernement peut-il savoir ce qui est faux ou trompeur mieux que le reste d’entre nous ?Pourquoi le dollar numérique va détruire la liberté d’expressionN’oubliez pas que la théorie du complot des années précédentes devient souvent la vérité des années suivantes. Il y a moins d’un an, par exemple, l’affirmation selon laquelle l’Institut national de la santé aurait financé des recherches sur le gain de fonction des coronavirus de chauve-souris dans le laboratoire chinois de Wuhan était une théorie du complot. Aujourd’hui, c’est un fait documenté.Pourtant, selon le projet de loi proposé par le sénateur Pan, toute personne ayant publié une telle affirmation avant les aveux des NIH aurait été signalée au procureur général. Ces messages auraient alors été supprimés dans les 24 heures ou des sanctions civiles auraient été appliquées.La réglementation gouvernementale de la parole, sans aucun doute, est l’exploit des despotes et des tyrans. Elle n’a pas sa place dans une société libre.Le sénateur Pan n’est peut-être pas un despote, en soi. Mais il pense qu’il est plus intelligent que vous. Il pense aussi qu’il est un meilleur arbitre des faits et de la fiction que vous. Il ne l’est pas.Lorsque les représentants du gouvernement décident de ce qui est vrai ou faux, ou des opinions qui sont acceptables et autorisées à être partagées, que ce soit par bienveillance ou par agenda idéologique, les droits individuels sont détruits.Vous voyez, la perte de la liberté d’expression dans la société coïncide toujours avec la perte de la liberté économique et de la confidentialité financière. Et cela va bien plus loin que la Californie…Sacramento est un véritable dépotoir. Mais au moins ces idées terribles doivent passer par le processus législatif de l’État.Washington, en revanche, et de concert avec les grandes entreprises technologiques et les médias grand public, censure la liberté d’expression sur les médias sociaux depuis de nombreuses années déjà. Des algorithmes basés sur l’idéologie repèrent les opinions qui ne sont pas acceptables pour le récit populaire.Mais ce n’est que le début. Washington est en train de construire l’infrastructure nécessaire pour supprimer la liberté d’expression en la liant au crédit social. Cela serait étendu pour contrôler et contraindre comment et quand vous dépensez votre argent.Comme nous l’avons vu récemment, les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) arrivent.Le déploiement d’un dollar numérique traçable et programmable aux États-Unis est accéléré afin de dissimuler un nécessaire et prochain défaut du dollar.Et avec l’abondance de sociopathes à Washington, le dollar numérique ne va pas seulement détruire la liberté économique et la confidentialité financière… Il va aussi détruire la liberté d’expression.Dites la mauvaise chose et vos dollars numériques sont annulés.Est-ce simplement une théorie du complot ?Peut-être aujourd’hui. Mais, comme toujours, ce sera bientôt l’horrible vérité.Traduction d’Economic Prism par Aube Digitalehttps://www.aubedigitale.com/pourquoi-le-dollar-numerique-va-detruire-la-liberte-dexpression/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s