Le blog de Liliane Held-Khawam:20 mai 1992- 20 mai 2022. 30 ans que les dirigeants politiques dénaturent les fondements de la Suisse.

« Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire

Menu

Aller au contenu principal

par LHK

20 mai 1992- 20 mai 2022. 30 ans que les dirigeants politiques dénaturent les fondements de la Suisse.

https://lilianeheldkhawam.com/2016/06/21/suisse-ue-le-peuple-a-droit-a-la-verite-liliane-held-khawam/
Officialiser son adhésion à l’OTAN est la suite logique à laquelle les Suisses devraient s’attendre.

6 septembre 2011. Je fus ce jour-là si choquée par une annonce faite par le président de la BNS de l’époque que j’ai littéralement abandonné mes activités professionnelles habituelles pour me consacrer au thème en question. Et de fil en aiguille, je me suis retrouvée en train de faire de la rétro-ingénierie, c’est-à dire de tenter de reconstituer le concept qui cadre et dirige la globalisation de la planète.

Cet évènement-clé qui a bouleversé l’image que j’avais de la Suisse était, comme beaucoup le savent aujourd’hui, l’arrimage de la super-monnaie suisse à un euro en faillite. Les repères que j’avais intégrés au fil de mon éducation m’avaient permis de lever le lièvre que les suissesses et les suisses n’avaient pas le droit de connaître. Je ne vais pas développer ce sujet aujourd’hui. Il est déjà décrit ailleurs.

https://www.letemps.ch/economie/plancher-leuro-un-choix-partisan
https://lilianeheldkhawam.com/2014/11/27/1363/

Aujourd’hui nous célébrons les 30 ans d’un fait historique

Aujourd’hui nous célébrons les 30 ans d’un petit papier signé par le Conseil Fédéral de 1992. Je publie ce papier pour bien expliquer à ceux qui croient que la démocratie suisse existe encore que les commentaires de certains animateurs du Net sont soit une imposture, soit une ignorance de ce qui se passe dans ce magnifique petit pays aux atouts réels.

Le 20 mai 1992, le Conseil fédéral écrit à la Communauté européenne pour annoncer sa volonté de faire adhérer la Suisse au bloc qui se constituait. Je vous invite à lire le document en ayant bien en tête que le peuple suisse n’avait pas été consulté auparavant. Pire, la démarche était secrète.

Le Président socialiste René Felber est le signataire de la lettre . Dans son allocution du Nouvel An, il dira: »Et tout cela nous amène à l’Europe et aux choix que nous devrons faire pour fixer nos relations avec des Etats proches du nôtre, nos voisins, ceux dont nous partageons les cultures et au destin desquels nous sommes indiscutablement liés.
Après avoir célébré sept cents ans d’existence de notre pays rappelé les étapes parfois douloureuses, souvent audacieuses qui ont conduit à la Suisse contemporaine, nous devrons prendre conscience que nos traditions, nos institutions, notre capacité d’adaptation qui ont fait de nous un Etat moderne et fort, doivent nous permettre de participer au processus d’intégration européenne sans mettre en péril notre identité et sans effacer nos spécificité »https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/discours/allocutions-nouvel-an/1992.html

Un film en hommage à cet homme politique, Jean-Pascal Delamuraz, l’un des principaux artisans-responsables de la lettre du 20 mai 1992. Sa bonhomie et son amour sincère pour sa région crédibilisent le fait d’avoir cru dans un modèle européen fédérateur, qui n’avait rien du hideux visage du totalitarisme sanitaire que l’on a eu l’occasion de découvrir ces 2 dernières années.

https://www.youtube.com/embed/Mq6qpu5qQd8?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr&autohide=2&wmode=transparenthttps://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pascal_Delamuraz

J’aurais la faiblesse de croire dans sa démarche sincère et probablement naïve. D’ailleurs, j’avais moi-même voté oui à l’entrée dans l’Espace Economique Européen le 6 décembre 1992. L’ambiance du soir de ce vote (rejeté) était celle d’un enterrement. Un moment inoubliable de tristesse à la hauteur de notre rêve d’un monde réellement ouvert.

https://bonpourlatete.com/analyse/comment-la-suisse-a-marque-son-auto-goal-europeen

Y a-t-il eu haute trahison?

L’envoi du courrier de 1992 constituait-il un acte de haute trahison envers le pays et ses populations ? La question est posée et les spécialistes sont invités à y répondre.

De mon point de vue, la question se pose parce que tout simplement un groupe de personnes dotées d’un mandat politique s’est hasardé à explorer une voie hors du champ de leur mandat. Et ce champ signifie clairement, au vu de l’Acte unique européen DEJA en vigueur. Or, celui-ci implique la dissolution des frontières et donc du territoire national dans le cadre de la construction du marché unique intérieur. Or, ce territoire est constitutif de l’Etat appelé Suisse.

Constitution fédérale de 1874 en vigueur en 1992 https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/1/1_1_1/fr Cette référence à la trahison a disparu de la Constitution réformée de 1999

Notre questionnement et notre commentaire peuvent être étendus de la même manière à toute démarche visant à réduire ou annihiler l’indépendance du pays. Constitutionnellement cela est répréhensible.

Et pour ceux qui veillent sur la Constitution suisse, indépendance et neutralité marchent main dans la main.

Constitution de 1999

Actuellement, le Conseil fédéral s’en prend à la neutralité du pays

La protection de la neutralité est un devoir que les représentants suisses doivent respecter et faire respecter. Les 2 constitutions fédérales ancienne et réformée ont l’obligation de veiller à
 » la sûreté extérieure de la Suisse, au maintien de son indépendance et de sa neutralité; » (Art 102; 9)

Le Conseil fédéral s’est engagé auprès de ses partenaires dans une guerre qui ne lui appartient pas. A la limite, on peut se poser la question de leur degré d’information sur le sujet… Cette attitude est une violation non seulement constitutionnelle, mais existentielle de l’ADN de la Suisse. Même la presse étrangère s’en est émue.

https://www.geo.fr/geopolitique/la-guerre-en-ukraine-met-a-lepreuve-la-neutralite-perpetuelle-suisse-208811

La sécurité suisse est assurée par des étrangers en dehors des heures de bureau…. Un ridicule ou une simple conséquence de la dissolution du pays?

https://www.rts.ch/info/suisse/5620821-detourne-en-dehors-des-heures-de-bureau-lavion-a-du-etre-escorte-par-des-forces-etrangeres.html

Le fait est que selon nos travaux, la Suisse indépendante et neutre n’existe plus depuis belle lurette. Les technocrates qui représentent le pays tentent de plus en plus mal de cacher la grande intégration, et même dissolution, dans l’UE. Un mensonge qui dure et qui déshonore ses responsables.

L’Union européenne est construite sur un marché commercial qui annihile le territoire national

Le tout-business

L’Acte unique européen est très révélateur de la volonté d’asservir les Etats aux besoins du gros business.Par facilité, je reprends ici un passage de Coup d’Etat planétaire :

Sous l’impulsion des planificateurs économiques, des investisseurs, et de l’élite globaliste, les Firmes Trans Nationales (entreprises globales) vont pouvoir se déterritorialiser, se dénationaliser, et prendre possession par la suite de l’industrie publique des biens et services. Ce faisant, elles tissent et structurent un territoire nouveau, espace unifié dédié à leurs activités. L’Acte unique européen, de juillet 1987, fut un moment-clé de la construction d’un espace unifié européen. L’AUE, qui réunissait douze Etats d’Europe, a permis la refonte du système de la production industrielle et le redéploiement de celle-ci dans les différents Etats de la Communauté. Mis en place par Jacques Delors, l’AUE a eu une importance déterminante dans le processus d’une plus grande intégration européenne, par une réduction, voire suppression, de la souveraineté des Etats membres, la suppression des frontières nationales à l’intérieur du marché et l’extension des libertés de circulation aux ressources productives dans leur globalité. Cet ensemble de libertés révolutionnera chaque espace de la vie économique, financière, culturelle, publique, mais surtout industrielle. La souveraineté est passée aux mains du business.

L’accord a brisé toutes les résistances qui accompagnaient le marché commun européen. Dorénavant, les difficultés sont supprimées grâce au principe d’harmonisation. Les Etats ne peuvent plus refuser un bien venant d’un autre Etat. Depuis 1993, et suite à la suppression des frontières au sein de l’UE, les contrôles sur la circulation des marchandises, de même que les taxes douanières intra-communautaires, ont été abolis, avec une UE ramenée à un territoire unique.

Au travers de l’AUE non seulement les contraintes tombent, mais des opportunités colossales sont offertes à certaines entreprises, particulièrement aux firmes transnationales. La voie sera par exemple grande ouverte aux juteux marchés publics avec interdiction de pratiquer la préférence locale ou nationale. Tant pis, si le contexte bénéficie aux grandes transnationales qui peuvent casser les prix. Tant pis si les entreprises locales qui paient les impôts[1] perdent des parts de marché et se retrouvent en difficultés. « Pour réaliser le marché intérieur, il a fallu assurer la liberté de circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux. Les règles nationales ont donc été harmonisées par le biais du principe de non-discrimination en fonction de la nationalité, de la reconnaissance mutuelle des législations nationales, et de la transposition des directives communautaires dans le droit de chaque État membre.(…)[2] » 

[1] A côté des grandes entreprises exonérées, un différentiel fiscal avantage d’emblée les grandes entreprises imposables : « En France, les grandes entreprises bénéficient de taux d’imposition effectifs sur les sociétés plus faibles que les autres entreprises. D’après une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), le taux moyen des grandes entreprises est de 17,8%, contre 23,7% pour les PME. », La Tribune, Mars 2019

[2] « Qu’est-ce que le marché intérieur ? », Vie publique

Coup d’Etat planétaire, 2019

Conséquence logique de ce qui précède? Une Suisse inscrite au registre du Commerce belge

Le top management (une poignée d’individus) de la Berne fédérale œuvre avec et pour les intérêts du très gros business. J’invite le lecteur à s’orienter vers l’article ci-dessous en cas d’intérêt.

https://lilianeheldkhawam.com/2021/03/18/la-confederation-suisse-inscrite-en-tant-quentite-commerciale-au-registre-du-commerce-belge/
https://lilianeheldkhawam.com/2014/12/13/le-demantelement-des-etats-les-regions/
En 2014, quelqu’un a inscrit la Suisse dans cette espèce d’annuaire pour entreprises. La Suisse s’y trouve! Nous sommes au-delà de la trahison….

Je finirais ce papier par ces passages écrits en 2013 alors que E Widmer Schlumpf, cette autre Conseillère fédérale se déchaînait contre la place financière suisse:

« Perte de souveraineté. Pillage de la place financière. Pillage de sa monnaie. Pillage de son or. Pillage de ses données. Pillage des droits des citoyens. A toutes ces plaies s’ajoute l’humiliation. Rien n’aura été épargné au peuple suisse! Une des plus anciennes démocraties du monde flanche sous des coups venant de toutes parts. Or, la facilité et la vitesse avec lesquelles tout cela se passe auraient été impossibles sans trahisons internes. »

https://www.letemps.ch/economie/suisse-un-concept-danger

Et:

« Avec cette nouvelle Constitution, on voit apparaître un phénomène inconnu jusqu’alors. Le poids direct des partis politiques et des lobbies. L’art. 147 se présente ainsi: «Les cantons, les partis politiques et les milieux intéressés sont invités à se prononcer sur les actes législatifs importants et sur les autres projets de grande portée lors des travaux préparatoires, ainsi que sur les traités internationaux importants.» Les lobbies sont les bienvenus dans la Constitution! Les partis politiques dont le financement est garanti en partie par les banques y sont aussi reconnus! Il faut y reconnaître une avancée spectaculaire. Le bétonnage à tout va du paysage suisse, couvert de grues n’est qu’un des effets visibles de cette révolution d’un Etat-business qui s’approprie tout sur son chemin.

https://www.letemps.ch/economie/suisse-un-concept-danger

LHK

Des Suisses s’organisent à l’heure actuelle pour s’informer et informer

le prochain conférencier de ce groupe de citoyens:

En cas d’intérêt pour le sujet, dossiers et articles ont été publiés sur ce site.

https://lilianeheldkhawam.com/2016/06/01/la-revolution-europeenne-a-eu-lieu-liliane-held-khawam/
https://lilianeheldkhawam.com/2017/11/06/lintegration-transfrontaliere-europeenne-se-poursuit-avec-la-suisse-lhk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s