Le Great Reset en action : Mettre fin à la liberté de la presse, d’opinions et d’expression (Mises Institute)

Le Great Reset en action : Mettre fin à la liberté de la presse, d’opinions et d’expression (Mises Institute)

ParThe Wolfle•( Poster un commentaire )

Le Great Reset en action : Mettre fin à la liberté de la presse, d’opinions et d’expression

PAR JADE · PUBLIÉ  · MIS À JOUR 

Les gouvernements, les entreprises et les élites ont toujours craint le pouvoir d’une presse libre, car elle est capable d’exposer leurs mensonges, de détruire leurs images soigneusement élaborées et de saper leur autorité. Ces dernières années, le journalisme alternatif s’est développé et de plus en plus de personnes se fient aux plateformes de médias sociaux comme sources d’information. En réponse, l’État, les conglomérats numériques et les médias grand public soutiennent de plus en plus le silence et la censure des médias alternatifs et des voix qui remettent en cause le récit officiel sur la plupart des questions.

Lors de la récente réunion du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, la « commissaire australienne à l’e-sécurité » Julie Inman Grant a déclaré que « la liberté d’expression n’est pas la même chose que la liberté pour tous » et que « nous allons avoir besoin d’un recalibrage de toute une série de droits de l’homme qui se jouent en ligne – de la liberté d’expression … à l’absence de violence en ligne ». Pendant ce temps, le gouvernement canadien cherche à restreindre les médias indépendants et la liberté d’expression par la mise en œuvre du projet de loi C-11, qui lui permettrait de réglementer toutes les plateformes audiovisuelles en ligne sur Internet, y compris le contenu de Spotify, Tik Tok, YouTube et les clients de podcasts.

De même, le Royaume-Uni cherche à introduire un projet de loi sur la sécurité en ligne, les États-Unis ont « mis en pause » la création d’un conseil de gouvernance de la désinformation à la suite de réactions négatives, et l’Union européenne a approuvé sa propre loi sur les services numériques, qui visent toutes à limiter la liberté d’expression. Les tentatives des élites et des politiciens pour faire taire les dissidents et les penseurs critiques ne sont pas nouvelles. En effet, l’histoire regorge d’exemples de « persécution des hommes de science, de brûlage de livres scientifiques et d’éradication systématique de l’intelligentsia des peuples soumis ».

Cependant, ces efforts actuels pour restreindre la liberté d’expression et de la presse par des gouvernements prétendument libéraux sont toujours quelque peu ironiques, étant donné que même « la plus intolérante des églises, l’Église catholique romaine, même lors de la canonisation d’un saint, admet et écoute patiemment un « avocat du diable ». Le plus saint des hommes, semble-t-il, ne peut être admis aux honneurs posthumes, tant que tout ce que le diable pourrait dire contre lui n’est pas connu et pesé. »

L’État corporatif, les conglomérats numériques et les médias grand public veulent s’assurer qu’ils ont l’autorité exclusive pour dicter les opinions, les désirs et les choix des gens grâce à leurs techniques de propagande sophistiquées. Pour ce faire, ils ont même eu recours à la transformation de faussetés en vérités. En fait, le mot « vérité » a déjà vu sa signification originale altérée, car ceux qui disent la vérité sur certains sujets sont maintenant régulièrement accusés de répandre des discours de haine, de la mésinformation et de la désinformation.

Actuellement, la vérité n’est plus « quelque chose que l’on peut trouver, la conscience individuelle étant le seul arbitre pour savoir si, dans un cas particulier, l’évidence (ou la position de ceux qui la proclament) justifie une croyance ; elle devient quelque chose qui doit être établi par l’autorité, quelque chose qui doit être cru dans l’intérêt de l’unité de l’effort organisé, et qui peut être modifié lorsque les exigences de cet effort organisé l’exigent ».

Cependant, la modification de la définition de la vérité s’accompagne d’un grand péril potentiel, car la recherche de la vérité contribue souvent au progrès humain dans la mesure où elle conduit à des découvertes qui profitent finalement à l’ensemble de la société. Il convient de noter que la vérité est loin d’être le seul mot dont le sens a été modifié récemment afin de servir d’instrument de propagande ; d’autres mots comme liberté, justice, loi, droit, égalité, diversité, femme, pandémie, vaccin, etc. Ceci est très inquiétant, car de telles tentatives de « perversion du langage, de changement de sens des mots par lesquels les idéaux » de la classe dirigeante sont exprimés sont une caractéristique constante des régimes totalitaires.

Alors qu’un certain nombre de gouvernements libéraux-démocrates se dirigent de plus en plus vers le totalitarisme, ils veulent que les gens oublient qu’il y a « la plus grande différence entre présumer qu’une opinion est vraie, parce que, avec toutes les possibilités de la contester, elle n’a pas été réfutée, et supposer sa vérité dans le but de ne pas permettre sa réfutation ». Selon eux, « la critique publique ou même les expressions de doute doivent être supprimées car elles tendent à affaiblir le soutien du public. »

En fait, ils estiment que tous les points de vue et opinions susceptibles de semer le doute ou de susciter l’hésitation doivent être restreints dans toutes les disciplines et sur toutes les plateformes. En effet, « la recherche désintéressée de la vérité ne peut être autorisée » lorsque « la justification des opinions officielles devient le seul objet » de la classe dirigeante. En d’autres termes, le contrôle de l’information est pratiqué et l’uniformité des points de vue est imposée dans tous les domaines sous un régime totalitaire.

La suppression de la liberté de la presse, d’opinions, d’expression et de pensée signifie que les générations actuelles et futures seront « privées de la possibilité d’échanger l’erreur contre la vérité : si elles ont tort, elles perdent, ce qui est presque un aussi grand avantage, la perception plus claire et l’impression plus vive de la vérité, produites par sa collision avec l’erreur ». Ils risquent aussi d’ignorer que la seule façon de connaître « l’ensemble d’un sujet » est « d’entendre ce que peuvent en dire des personnes de toutes les opinions, et d’étudier toutes les manières dont il peut être considéré par tous les types d’esprit ». En d’autres termes, les générations actuelles et futures ignoreront que « l’habitude constante de corriger et de compléter » sa propre « opinion en la confrontant à celles des autres, loin de susciter le doute et l’hésitation dans sa mise en pratique, est le seul fondement stable d’une juste confiance en elle ».

À l’heure actuelle, il est probable que les masses ne considèrent pas la liberté de la presse, d’opinions, d’expression et de pensée comme particulièrement importante, parce que « la grande majorité est rarement capable de penser de façon indépendante, que sur la plupart des questions, elle accepte des opinions qu’elle trouve toutes faites, et qu’elle sera également satisfaite si elle est née ou amadouée dans un ensemble de croyances ou un autre. » Néanmoins, personne ne devrait avoir le pouvoir et l’autorité de « sélectionner ceux à qui » la liberté de pensée, de lumière et d’expression doit être « réservée. »

En fait, John Stuart Mill est allé jusqu’à affirmer que « si toute l’humanité moins une personne était d’un seul avis, et qu’une seule personne était d’un avis contraire, l’humanité ne serait pas plus justifiée de faire taire cette personne que lui, s’il avait le pouvoir, ne serait justifié de faire taire l’humanité ». Il a ajouté que réduire au silence l’expression d’une opinion est essentiellement un acte de « vol de la race humaine », qui s’applique aux générations actuelles et futures. Même si les suppresseurs peuvent nier la vérité aux gens à un moment donné, « l’histoire montre que chaque époque a eu de nombreuses opinions que les époques suivantes ont jugées non seulement fausses mais absurdes ; et il est aussi certain que de nombreuses opinions, aujourd’hui générales, seront rejetées par les époques futures, qu’il est certain que de nombreuses opinions, autrefois générales, sont rejetées par l’époque actuelle ».

Si les efforts actuels pour éliminer la liberté de presse, d’opinions, d’expression et de pensée aboutissent, alors la recherche de la vérité sera finalement abandonnée et des autorités totalitaires décideront quelles « doctrines doivent être enseignées et publiées. » Il n’y aura pas de limites à ceux qui pourront être réduits au silence, car le contrôle des opinions sera étendu à tous les individus dans tous les domaines. Par conséquent, il convient de rappeler aux décideurs autoritaires contemporains l’importance cruciale de la liberté d’opinions, d’expression et de pensée, que la Cour suprême des États-Unis a reconnue en 1957 dans l’affaire Sweezy v. New Hampshire, en statuant que

imposer une camisole de force aux leaders intellectuels de nos établissements d’enseignement supérieur mettrait en péril l’avenir de notre nation. Aucun domaine de l’éducation n’est si bien appréhendé par l’homme que de nouvelles découvertes ne puissent encore être faites….. Les enseignants et les étudiants doivent toujours rester libres de se renseigner, d’étudier et d’évaluer, d’acquérir une nouvelle maturité et une nouvelle compréhension ; sinon, notre civilisation stagnera et mourra….. Notre forme de gouvernement est fondée sur le principe que chaque citoyen a le droit de s’exprimer et de s’associer en politique. Ce droit a été consacré par le premier amendement de la Déclaration des droits. L’exercice de ces libertés fondamentales en Amérique s’est traditionnellement fait par le biais d’associations politiques….. L’histoire a amplement prouvé la vertu de l’activité politique des groupes minoritaires et dissidents, qui, à maintes reprises, ont été à l’avant-garde de la pensée démocratique et dont les programmes ont finalement été acceptés. Le simple fait de ne pas être orthodoxe ou de s’écarter des mœurs dominantes ne doit pas être condamné. L’absence de telles voix serait le symptôme d’une grave maladie dans notre société.

Traduction du Mises Institute par Aube Digitale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s