Les Etats Unis drainent l’argent mondial /Le pire semestre à Wall Street depuis 1970 : les investisseurs oscillent entre espoir et crainte pour le reste de l’année-Le Bpg a lupus

Les Etats Unis drainent l’argent mondial /Le pire semestre à Wall Street depuis 1970 : les investisseurs oscillent entre espoir et crainte pour le reste de l’année

ParThe Wolfle•( Poster un commentaire )

Le pire semestre à Wall Street depuis 1970 : les investisseurs oscillent entre espoir et crainte pour le reste de l’année

Par Emmanuel Vanbrussel
Publié le  à  • Hier à 7h
3 min de lecture

L’indice boursier américain S&P 500 a clôturé jeudi en baisse de plus de 20 % par rapport au début de l’année, soit le plus faible premier semestre à Wall Street depuis 1970. Les investisseurs s’accrochent à un espoir: les choses ont plutôt bien évolué au cours de la même année boursière.

Business AM.

Au deuxième trimestre, les choses sont allées de mal en pis pour les grandes valeurs technologiques, qui ont accumulé les records boursiers négatifs :

  • L’indice technologique Nasdaq (moins 22 %) a connu son pire trimestre depuis 2008.
  • Tesla a même connu le pire trimestre de son histoire, perdant près de 38 %.
  • Amazon a perdu près de 35 % sur la même période, ce qui ne s’était pas vu depuis 2001.
  • Alphabet (Google), dont le cours de l’action a perdu près de 22 %, a connu son pire trimestre depuis 2008.
  • La perte de valeur par rapport au début de l’année est en augmentation : Meta (Facebook), par exemple, est en chute de 52 % par rapport au 1er janvier, Netflix même de plus de 70 %. Selon certains observateurs, comme Jim Cramer, gourou de la bourse sur CNBC, il y a de bonnes affaires à saisir, tandis que d’autres recommandent de ne pas bouger pendant quelques mois encore.
  • Le marché des crypto-monnaies a été entraîné dans le piège et est à terre. Le bitcoin, dont les rêves de valeur refuge peuvent être oubliés, a connu son pire trimestre en plus de dix ans et est repassé sous la barre des 20 000 dollars jeudi, en frôlant les 18.000 dollars. Sur les 6 derniers mois, bitcoin19.251,87 | 1,99 % a perdu près de 70% de sa valeur.
  • Les investisseurs s’accrochent à un précédent : en 1970, le S&P 500 a perdu 21 % au cours du premier semestre, avant de faire un retour en force au second semestre, gagnant plus de 26 %.
  • Mais l’optimisme est fortement atténué par une inflation galopante et des craintes croissantes de récession. Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine, a effrayé les investisseurs en déclarant qu’il n’excluait pas un « atterrissage brutal » de l’économie américaine.

Les Etats Unis drainent l’argent mondial.

By brunobertezautresmondes 

brunobertez.com

11 min

View Original

30 juin – Wall Street Journal : « Les marchés mondiaux ont clôturé leur premier semestre le plus meurtrier depuis des décennies, laissant les investisseurs se préparer à la perspective de nouvelles pertes. L’accélération de l’inflation et la hausse des taux d’intérêt ont alimenté une déroute de plusieurs mois qui a laissé peu de marchés indemnes. 

Le S&P 500 a chuté de 21 % jusqu’à jeudi, subissant son pire premier semestre depuis 1970… Les obligations de qualité supérieure, telles que mesurées par le fonds négocié en bourse iShares Core US Aggregate Bond, ont perdu 11 %, affichant leur pire début d’année dans l’histoire. »

Le S&P500 a chuté de 2,2 % (baisse de 19,7 % depuis le début de l’année)

Le Dow a baissé de 1,3 % (baisse de 14,4 %). 

Les services publics ont bondi de 4,2 % (en baisse de 0,3 %). 

Les banques ont perdu 2,4 % (-22,4 %) et les courtiers ont chuté de 1,9 % (-21,2 %). 

Les Transports reculent de 1,9% (-19,4%). 

Le S&P 400 des Midcaps a reculé de 1,6 % (-19,2 %) et les Small Cap duRussell 2000 a chuté de 2,2 % (-23,1 %). 

Le Nasdaq100 a chuté de 4,3 % (en baisse de 29,0 %) et les semi-conducteurs ont chuté de 9,6 % (en baisse de 37,7 %). 

Les Biotechs évoluent peu (-14,0%). Avec des lingots en baisse de 20 $, l’indice de l’or HUI a chuté de 4,6 % (en baisse de 12,3 %).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 1,61 %. Les rendements gouvernementaux à deux ans ont chuté de 23 points de base à 2,84 % (en hausse de 210 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont chuté de 31 points de base à 2,88 % (en hausse de 162 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont chuté de 25 points de base à 2,88 % (en hausse de 137 points de base). 

Les rendements obligataires longs ont baissé de 16 points de base à 3,11 % (en hausse de 120 points de base). Les rendements de référence des MBS Fannie Mae ont chuté de 26 points de base à 4,25 % (en hausse de 218 points de base).

 Les rendements des Bunds allemands ont chuté de 21 points de base à 1,23 % (en hausse de 141 points de base). Les taux français ont baissé de 18 points de base à 1,80 % (+160 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est élargi de trois à 57 points de base. 

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 27 points de base à 3,49 % (en hausse de 218 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements portugais à dix ans ont chuté de 25 points de base à 2,27 % (en hausse de 181 points de base). 

Les rendements italiens à 10 ans ont chuté de 37 points de base à 3,09 % (+192 points de base). 

Les rendements espagnols à 10 ans ont chuté de 28 pb à 2,27 % (+171 pb). 

 Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont chuté de 22 points de base à 2,09 % (en hausse de 112 points de base). L’indice britannique des actions FTSE a reculé de 0,6 % (en baisse de 2,9 % depuis le début de l’année).

L’indice Nikkei Equities du Japon a chuté de 2,1 % (baisse de 9,9 % depuis le début de l’année). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans sont restés inchangés à 0,23 % (en hausse de 16 pb depuis le début de l’année). 

Le CAC40 français a chuté de 2,2% (-17,1%).

 L’indice allemand DAX actions a perdu 2,3 ​​% (-19,3 %). 

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a baissé de 0,8 % (-6,2 %).

 L’indice italien FTSE MIB a chuté de 3,5 % (-21,9 %). 

Les actions émergentes étaient pour la plupart sous pression. 

L’indice Bovespa du Brésil a augmenté de 0,3 % (baisse de 5,6 %), tandis que l’indice Bolsa du Mexique a peu varié (baisse de 10,3 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 2,6 % (en baisse de 22,6 %). 

L’indice boursier Sensex de l’Inde a augmenté de 0,3 % (en baisse de 9,2 %). 

L’indice chinois de la Bourse de Shanghai a gagné 1,1 % (en baisse de 6,9 ​​%). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a chuté de 4,3 % (+ 31,6 %). 

L’indice actions russe MICEX a chuté de 7,7 % (en baisse de 41,7 %).

Les fonds obligataires de qualité supérieure ont enregistré des sorties de 3,644 milliards de dollars et les fonds d’obligations de pacotille ont affiché des flux négatifs de 1,593 milliard de dollars (de Lipper).

La semaine dernière, le crédit de la Réserve fédérale a diminué de 11,2 milliards de dollars à 8,890 trillions. Au cours des 146 dernières semaines, le crédit de la Fed a augmenté de 5,163 trillions $, soit 139 %. Le crédit de la Fed a gonflé 6 079 000 milliards de dollars, soit 216 %, au cours des 503 dernières semaines. Ailleurs, les avoirs de la Fed pour les propriétaires étrangers du Trésor, la dette des agences ont chuté la semaine dernière de 12,4 milliards de dollars à 3,391 trillions. Les » avoirs en dépôt » ont baissé de 132 milliards de dollars, soit 3,7 % en glissement annuel.

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a diminué de 12 milliards de dollars pour atteindre 4,531 milliards de dollars. Le total des fonds monétaires a augmenté de 4 milliards de dollars, ou 0,1 %, en glissement annuel.

Le papier commercial total a bondi de 26,1 milliards de dollars pour atteindre un sommet de 1,170 trillion de dollars en six mois. Le CP a augmenté de 61 milliards de dollars, ou 5,5 %, au cours de la dernière année.

Les taux hypothécaires fixes de Freddie Mac sur 30 ans ont chuté de 11 points de base à 5,70 % (en hausse de 272 points de base en glissement annuel). Les taux à quinze ans ont baissé de neuf points de base à 4,83 % (en hausse de 257 points de base). Les taux ARM hybrides à cinq ans ont augmenté de neuf points de base à 4,50 % (en hausse de 18 points de base) – le plus haut depuis septembre 2009.

L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en baisse de 11 points de base à 5,78 % (en hausse de 270 points de base).

Sur les devises :

29 juin – Bloomberg :

« La flambée du dollar a mis les devises asiatiques sur la voie pour leur pire trimestre depuis 1997 et a créé un dilemme pour les banquiers centraux. Les décideurs politiques déjà aux prises avec l’inflation la plus rapide depuis des décennies sont désormais confrontés à des choix difficiles : augmenter avec force les coûts d’emprunt pour défendre les devises et risquer de nuire à la croissance, dépenser des réserves qu’ils ont mis des années à se constituer pour intervenir sur les marchés des changes, ou simplement s’éloigner et laisser le marché fonctionner . « Les banques centrales sont plongées dans une position difficile , alors que que la pandémie n’est pas encore terminée et avec le spectre d’une récession américaine à venir », a déclaré Eugenia Victorino, responsable de la stratégie Asie chez Skandinaviska Enskilda Banken… » Ce qui complique le tableau, c’est la vigueur du billet vert,

Pour la semaine, l‘indice du dollar américain a augmenté de 0,9 % à 105,11 (en hausse de 9,9 % depuis le début de l’année). 

Pour la semaine à la hausse, le won sud-coréen a augmenté de 0,1 %. 

En revanche, le rand sud-africain a baissé de 3,7 %, le dollar néo-zélandais de 2,0 %, la couronne suédoise de 2,0 %, le peso mexicain de 2,0 %, le dollar australien de 1,9 %, le réal brésilien de 1,9 %, la couronne norvégienne de 1,4 %, le Livre sterling 1,4 %, euro 1,3 %, dollar de Singapour 0,8 %, franc suisse 0,3 % et dollar canadien 0,1 %. 

Le renminbi chinois (onshore) a perdu 0,17 % par rapport au dollar (en baisse de 5,15 % depuis le début de l’année).

Sur les matières premières :

27 juin – Reuters :

« Les deux principaux producteurs de pétrole de l’OPEP, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, peuvent à peine augmenter la production de pétrole, le président français Emmanuel Macron… a déclaré qu’il avait été informé par le président des Émirats arabes unis. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont été perçus comme les deux seuls pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avec une capacité de réserve pour augmenter les livraisons mondiales qui pourraient réduire les prix.

L’indice Bloomberg Commodities a chuté de 3,4 % (en hausse de 18,1 % depuis le début de l’année). 

L’or au comptant a baissé de 1,1 % à 1 827 $ (en baisse de 1,2 %). L’argent a chuté de 6,2 % à 19,85 $ (en baisse de 14,8 %). 

Le brut WTI a ajouté 79 cents à 108,41 $ (en hausse de 44%). L’essence a chuté de 5,6 % (en hausse de 65 %) et le gaz naturel a chuté de 8,4 % (en hausse de 53 %). 

Le cuivre a chuté de 3,4 % (en baisse de 19 %). 

Le blé a chuté de 10,2 % (en hausse de 9 %) et le maïs de 9,9 % (en hausse de 2 %). Bitcoin a coulé 1 700 $, ou 8,0 %, cette semaine à 19 570 $ (en baisse de 58 %).

Liquidations sur les cryptos.

29 juin – Financial Times :

« Le fonds spéculatif cryptographique Three Arrows Capital est tombé en liquidation, devenant la dernière victime de premier plan de la crise du crédit qui a balayé le marché des actifs numériques. Teneo a été nommé cette semaine en tant que « liquidateurs conjoints » de Three Arrows par le biais d’une ordonnance d’un tribunal des îles Vierges britanniques… La décision de liquider Three Arrows intervient alors que les secousses sur le marché de la cryptographie se sont intensifiées ces dernières semaines alors que les investisseurs mondiaux abandonnent les actifs spéculatifs en raison de préoccupations concernant le ralentissement de la croissance mondiale et les décisions des grandes banques centrales de resserrer fortement la politique monétaire.

27 juin – Bloomberg :

«Pour une génération de techniciens aliénés, la philosophie du tout-pour-un de la crypto était son plus grand attrait. Maintenant, la panique se répand dans cet univers – et cette même philosophie pose ce qui pourrait être la plus grande menace à ce jour pour sa survie. Ce qui a commencé cette année sur les marchés de la cryptographie comme une vente « à risque »… a révélé un réseau d’interconnexions qui ressemble un peu à l’enchevêtrement de produits dérivés qui a fait chuter le système financier mondial en 2008. Alors que Bitcoin a chuté de près de 70 % par rapport à son record, une panoplie d’altcoins a également chuté. L‘effondrement de l’écosystème Terra – une expérience très médiatisée de la finance décentralisée – a commencé avec la perte de son stablecoin algorithmique par rapport au dollar américain et s’est terminé par une course bancaire qui a rendu 40 milliards de dollars de jetons pratiquement sans valeur.

29 juin – Wall Street Journal :

« Le PDG de Celsius Network LLC, Alex Mashinsky, a transformé son prêteur de crypto-monnaie en un géant sur un terrain moins risqué qu’une banque avec de meilleurs rendements pour les clients. Mais les documents des investisseurs montrent que le prêteur supportait beaucoup plus de risques qu’une banque traditionnelle. Le prêteur a émis de nombreux prêts importants adossés à peu de garanties… Les documents montrent que Celsius avait peu de marge de sécurité en cas de ralentissement et a fait des investissements qu’il serait difficile de dénouer rapidement si les clients se précipitaient pour retirer leur argent… Celsius avait 19 milliards de dollars d’actifs et environ 1 milliard de dollars de capitaux propres l’été dernier, avant de lever de nouveaux fonds… »

27 juin – Reuters :

«Les mineurs de Bitcoin ont été contraints de puiser dans leurs réserves de crypto-monnaie alors que la chute des prix, la hausse des coûts de l’énergie et la concurrence accrue mordent dans la rentabilité. Le nombre de pièces que les mineurs envoient aux échanges cryptographiques n’a cessé d’augmenter depuis le 7 juin, ont noté les chercheurs de MacroHive, signe que « les mineurs liquident de plus en plus leurs pièces sur les échanges ». Plusieurs mineurs de bitcoins cotés en bourse ont vendu collectivement plus de 100% de l’ensemble de leur production en mai alors que la valeur du bitcoin a chuté de 45%, selon une analyse d’Arcane Research.

Le système financier se grippe

1er juillet – Bloomberg :

« Les entreprises mondiales ont réalisé plus de ventes de dettes au cours des six derniers mois que pendant toute l’année 2020. Plus de 70 transactions ont été reportées ou annulées jusqu’à présent en 2022, selon les données compilées par Bloomberg. Cela est comparé à 37 au cours de l’année complète de 2021 et à 67 en 2020. Bien que cela remonte aussi loin que nos données remontent, cela fait probablement plusieurs années que tant d’entreprises se sont retirées du marché, compte tenu de l’ère récente de l’argent bon marché et abondant. Maintenant, les conditions financières changent rapidement.

30 juin – Bloomberg :

« Une jauge mesurant le risque sur les junk bonds européens a franchi le seuil des 600 bps pour la première fois depuis avril 2020, alors que les banquiers centraux ont réitéré les inquiétudes sur l’inflation. L’iTraxx Crossover, qui suit le coût d’assurance des obligations européennes à haut rendement, a bondi jusqu’à 605 points de base mercredi, atteignant son plus haut niveau depuis avril 2020… »

27 juin – Bloomberg:

« Après des années à constituer leurs réserves de change, les banques centrales d’Asie puisent dans leurs stocks pour renforcer leurs devises affaiblies face à la hausse du dollar américain. Les réserves thaïlandaises ont chuté à 221,4 milliards de dollars au 17 juin… C’était le plus bas depuis plus de deux ans. Les chiffres mensuels montrent que la réserve de l’Indonésie est au plus bas depuis novembre 2020. Les réserves en Corée du Sud et en Inde sont au plus bas depuis plus d’un an. Le stock de la Malaisie, quant à lui, a le plus diminué depuis 2015. « Certains pays auraient utilisé leurs réserves pour stabiliser leurs devises lorsque les mouvements étaient excessifs », a déclaré Rajeev De Mello, gestionnaire de portefeuille macro mondial chez GAMA Asset Management… « Ils savent qu’ils ne peuvent pas inverser la faiblesse de leurs devises face au dollar, mais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s