Marché : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »enu

naufrage/sauvetage

Marché : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

Accéder au contenu

naufrage/sauvetage

Marché : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

lettreelectronique Non classé 2 juillet 2022 5 Minutes

EBLOG

Marché : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

ParThe Wolfle•( Poster un commentaire )

Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

PAR JADE · PUBLIÉ  · MIS À JOUR 

On nous dit de ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier. L’idée est que chaque panier se comporte différemment à différents moments. En cas de crise, une partie au moins de votre portefeuille est censée résister.

Mais que faites-vous lorsque tous les paniers sont frappés par le même tremblement de terre ?

Habituellement, lorsque les actions s’effondrent, les obligations augmentent. Mais cette fois-ci, les obligations se sont comportées encore plus mal que les actions, selon certains critères !

L’immobilier, une des couvertures préférées contre l’inflation en raison de ses avantages fiscaux et de l’effet de levier utilisé pour l’acheter, est également en chute libre.

L’or est relativement stable, surtout dans les monnaies autres que le dollar américain. Mais il est censé monter en flèche dans des périodes comme celle-ci.

Les actions des services publics sont un investissement défensif favori, mais elles sont frappées par les perturbations et les interventions gouvernementales telles que le plafonnement des prix.

Les valeurs bancaires sont censées profiter de la hausse des taux d’intérêt. Mais pas cette fois-ci. La panique s’empare des banques, qui craignent que les taux d’intérêt ne soient trop élevés trop rapidement pour leurs clients.

Les produits de première nécessité comme les denrées alimentaires sont pris dans le chaos de la chaîne d’approvisionnement, des engrais et de l’énergie. Ces valeurs sont donc également en difficulté.

Les actions du secteur de l’énergie se portent plutôt bien, mais le gouvernement a l’intention d’écraser les parties les plus importantes de leurs activités dans les années à venir.

Les matières premières ne cessent d’exploser et de s’effondrer de manière erratique et ne sont généralement pas un bon moyen de jouer les krachs de marché. Je soupçonne qu’une grande partie du boom des matières premières s’explique par le sous-investissement, qui fait que les producteurs de matières premières ne semblent rentables qu’à court terme parce qu’ils ne dépensent pas d’argent dans de nouveaux projets. Dans quelques années, ils n’auront plus assez de revenus.

Le cash dépasse la plupart des catégories d’investissement ces derniers temps, ce qui est incroyablement ironique compte tenu de la poussée de l’inflation…

Le fait est qu’il n’y a nulle part où se cacher de cette liquidation. L’histoire que l’on nous sert depuis des décennies sur la diversification ne s’est pas avérée vraie jusqu’à présent. Tout s’effondre simultanément.

Mais pourquoi est-ce le cas ? Qu’est-ce qui a mal tourné ?

Eh bien, les banques centrales et les gouvernements sont intervenus si lourdement dans l’économie qu’ils ont créé une bulle du tout. Même les grands médias l’ont compris pendant la hausse… ce qui est très inhabituel.

Mais quelle était cette bulle ? Eh bien, tous les prix des actifs ont été surenchéris à des niveaux élevés.

Les obligations ont atteint des rendements nominaux négatifs, ce qui est une autre façon de dire que leurs prix ont été portés à des niveaux tellement absurdes que les investisseurs étaient assurés de perdre de l’argent.

Les prix de l’immobilier se sont emballés lorsque les taux d’intérêt ont atteint zéro, la dette étant devenue si bon marché.

Les actions sans bénéfices ont atteint des capitalisations boursières ridicules.

Les valeurs technologiques ont connu une répétition de la bulle technologique.

Les crypto-monnaies ont explosé.

Des experts comme Dave Portnoy ont fait carrière en affirmant que les actions ne font que monter.

Mais ce qui monte sur une vague de stimulation des banques centrales doit redescendre, indépendamment de l’inflation et d’un marché baissier. Comme l’a expliqué l’économiste Ludwig von Mises, ce n’est qu’une question de temps et de gravité :

Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par l’expansion du crédit. L’alternative est seulement de savoir si la crise doit survenir plus tôt comme résultat de l’abandon volontaire de toute nouvelle expansion du crédit, ou plus tard comme une catastrophe finale et totale du système monétaire concerné.

Le Japon teste actuellement cette théorie.

En clair, les banquiers centraux ont gonflé le marché jusqu’à des sommets tels qu’ils doivent tous chuter maintenant que le stimulus des banques centrales est retiré.

Auparavant, ce type d’action sur les prix – l’envolée et la chute – concernait des secteurs isolés du marché, comme l’immobilier en 2006, les valeurs technologiques en 1999, les valeurs asiatiques en 1996, etc. Mais cette fois, nous sommes dans la bulle du tout : les banquiers centraux ont tout gonflé. Et donc, tout doit redescendre ensemble, quelles que soient les conditions économiques et financières.

Une autre explication est que la combinaison d’une récession et d’une inflation est rare et mauvaise pour toutes les classes d’actifs. N’oubliez pas que l’inflation et la récession sont censées s’exclure mutuellement.

Les économistes ont simplement présumé que c’était le cas jusque dans les années 1970.

Les investissements qui dépendent d’une économie dynamique chutent en raison d’une récession et les investissements qui dépendent d’une faible inflation chutent en raison de la flambée des prix.

Le problème, c’est que les deux mesures peuvent encore s’aggraver considérablement. Selon les dernières prévisions de la Banque d’Angleterre, l’inflation devrait dépasser 11 %. Et une récession commence tout juste à faire partie des prévisions du consensus.

La déroute du marché pourrait n’être que le début.

Voici une dernière chose avant que vous ne partiez.

J’ai reçu quelques commentaires sur l’article de lundi qui expliquait la différence entre la véritable inflation et un choc d’offre. J’ai pensé à une bien meilleure explication que les 1 000 mots qu’il fallait lundi. Il s’agit d’une question simple :

Le prix du pétrole augmente-t-il à cause de l’inflation ? Ou l’inflation augmente-t-elle à cause du prix du pétrole ?

Il ne s’agit pas seulement du pétrole, bien sûr. Mais vous comprenez l’idée. Notre inflation est alimentée par la hausse des prix des matières premières et non l’inverse. Cela signifie qu’elle pourrait se terminer très brusquement, ou que la véritable inflation pourrait être encore à venir.

Traduction de Fortune & Freedom par Aube Digitale

Partager :

Personnaliser les boutons

chargement…

Articles similaires

« La Fed débranche tout. C’est la fin de la bulle ! » (Bill Holter)18 juin 2022Dans « Non classé »

Vive de Gaule16 juin 2022Dans « Non classé »

Le Cri des Peuples : Juin 1 Interview du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov accordée à la chaîne de télévision française TF11 juin 2022Dans « Non classé »

Modifier « Marché : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout » »

Publié par lettreelectronique

Voir tous les articles par lettreelectronique

Publié2 juillet 2022

Navigation des articles

Previous Post Turkey Aligns with NATO against Russia

Votre commentaire

Rechercher

Rechercher :

Widget de texte de colonne latérale

Ceci est un widget de texte. Le widget de texte permet d’ajouter du texte ou des balises HTML à n’importe quelle colonne latérale de votre thème. Vous pouvez l’utiliser pour afficher du texte, des liens, des images, des balises HTML ou une association de ces éléments. Modifiez-les dans la section Widget de l’outil de personnalisation.

Propulsé par WordPress.com.

Créez votre site Web avec WordPress.com

Commencer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s