La première puissance militaire au monde rate un examen important: la moitié des avions de guerre américains ne sont pas pleinement opérationnels-Blog a lupus

La première puissance militaire au monde rate un examen important: la moitié des avions de guerre américains ne sont pas pleinement opérationnels

ParThe Wolfle

La première puissance militaire au monde rate un examen important: la moitié des avions de guerre américains ne sont pas pleinement opérationnels

Par Jennifer Mertens
Publié le  à  • Il y a 3j
4 min de lecture

Les États-Unis sont considérés comme la première puissance militaire au monde, et ce, en grande partie grâce à ses importantes ressources humaines et matérielles. C’est en tout cas ce que disent les chiffres, mais quand on y regarde de plus près, la force de frappe de l’armée américaine, notamment aérienne, ne serait finalement pas si imposante.

Un rapport de l’United States General Accountability Office (GAO) pourrait bien embarrasser les États-Unis et plus particulièrement l’armée américaine. Selon le document intitulé « Air Force and Navy aviation : Actions Needed to Address Persistent Sustainment Risks », l’état réel des flottes aériennes de l’armée américaine laisse à désirer.

Des centaines d’avions non opérationnels

Le rapport met en effet en évidence un manque affligeant d’avions prêts pour le combat. Les niveaux de préparation aux missions des avions de toutes les flottes ont chuté depuis 2015. Dans certains cas, ce sont des centaines d’avions qui sont dans l’incapacité d’accomplir pleinement une mission, comme le rapporte Popular Mechanics.

La vaste flotte d’avions militaires du Pentagone est donc beaucoup moins puissante qu’il n’y parait et que ce que les États-Unis affirment. Car s’ils disposent en effet d’une flotte importante, la moitié des avions sont inutilisables pour le combat.

Ainsi, sur 186 exemplaires du F-22, le meilleur chasseur américain, seuls 93 sont prêts à entrer en action à n’importe quel moment, soit un sur deux. Le constat est plus ou moins le même du côté des F/A-18E/F Super Hornet (530 exemplaires et environ 267 prêts pour les missions).

Capacité de mission limitée

Cela ne veut pas dire que les avions non opérationnels sont cloués au sol, mais plutôt qu’ils ne sont pas au maximum de leurs capacités pour remplir au moins une mission – et potentiellement toutes les missions – qui pourraient leur être assignées.  

Le rapport indique qu’entre 2015 et 2021, les taux de préparations aux missions de la plupart des avions de l’armée américaine, dont l’US Air Force et la Navy, ont chuté. Le chasseur de combat F-22 Raptor a enregistré la plus grosse baisse, passant de 67% à 50,3% en 6 ans. Quant au F/A-18E/F Super Hornet, dont est constituée majoritairement la flotte d’avions de chasse de la Marine, le taux est passé de 54,9% à 51%. Le bombardier B-1B a chuté de 47,5% à 40,7% ce qui signifie que sur les 62 avions en service, seuls 25 étaient pleinement opérationnels. Le C-5M Super Galaxy a lui baissé de 68,1% à 57,5%.

On notera cependant que la GAO n’a pas étudié l’ensemble des modèles d’avions dont dispose l’armée américaine. Ainsi, les principaux chasseurs et transporteurs, notamment le chasseur F-16 Fighting Falcon, le F-35A Joint Strike Fighter et le transporter C-17 Globemaster III, n’ont pas été audités.

Plusieurs facteurs en cause

L’âge avancé des appareils non pleinement opérationnels est évidemment la première cause de leur déclin. Le fait est que plusieurs modèles dépassent l’âge moyen d’un avion militaire. Il est donc assez logique, à l’image d’autres moyens de transport, qu’ils souffrent plus souvent de pannes ou de dysfonctionnements et qu’ils soient plus difficiles et plus coûteux à entretenir.

Les modèles anciens souffrent souvent de pénuries de pièces en raison de leur grand âge. Les stocks s’épuisent au fil des années, alors que les fabricants ferment leurs portes. De quoi pousser l’armée à prendre des décisions fortes et cannibaliser certains exemplaires trop endommagés pour réparer ceux qui peuvent encore l’être.

Le manque de maintenance, en raison de réductions de budget, joue également dans la balance.

La GAO a affirmé que le ministère de la Défense américaine avait pris connaissance de ses recommandations d’examens des flottes en services – la Navy s’est montré plus réticente en raison d’un « manque de moyens » – et les suivrait pour la plupart, afin de résoudre les problèmes de disponibilités des avions militaires.

Source: BusinessAM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s