Un rapport explosif confirme l’existence d’un vaste « réseau furtif » d’espions et de commandos de la CIA en Ukraine-Leblog a lupus

Un rapport explosif confirme l’existence d’un vaste « réseau furtif » d’espions et de commandos de la CIA en Ukraine

ParThe Wolfle

Un rapport explosif confirme l’existence d’un vaste « réseau furtif » d’espions et de commandos de la CIA en Ukraine

PAR JADE · PUBLIÉ  · MIS À JOUR 

Un nouveau rapport du New York Times a confirmé ce que beaucoup soupçonnaient déjà, à savoir que la CIA est toujours très active en Ukraine, notamment en ce qui concerne la formation et la coordination des armes parmi ses alliés ukrainiens. Le rapport du Times décrit « un réseau furtif de commandos et d’espions qui se pressent pour fournir des armes, des renseignements et des formations », selon des responsables des services de renseignement américains et européens ayant connaissance de ces opérations. Le rapport indique que les forces ukrainiennes dépendent « plus que jamais » de ce réseau clandestin occidental, alors qu’elles sont dépassées par les Russes.

Ce rapport intervient quelques mois après la révélation de la bombe que le journaliste d’investigation Zach Dorfman a publiée dans Yahoo News, qui expliquait en détail comment un programme secret de la CIA de huit ans visant à former des combattants ukrainiens avait contribué à provoquer l’invasion russe. La seule question qui restait après ce rapport de mars était de savoir dans quelle mesure la CIA était toujours active dans la lutte contre l’invasion russe.

Le nouveau rapport du Times confirme que le programme américain est non seulement actif et en cours, mais qu’il semble être de plus grande envergure que ce que l’on pensait auparavant, étant donné que l’étroite coopération de la CIA avec les Ukrainiens se déroule à l’intérieur et à l’extérieur du pays, sur plusieurs sites.

« Une grande partie de ce travail se déroule en dehors de l’Ukraine, dans des bases en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne, par exemple. Mais même si l’administration Biden a déclaré qu’elle ne déploierait pas de troupes américaines en Ukraine, certains membres de la C.I.A. ont continué à opérer secrètement dans le pays, principalement dans la capitale, Kiev, dirigeant une grande partie des vastes quantités de renseignements que les États-Unis partagent avec les forces ukrainiennes, selon des responsables actuels et anciens », indique le rapport.

Il semble qu’une grande partie du travail de la CIA en Ukraine soit centrée sur la coordination des renseignements avec les services de renseignement et les homologues locaux. « Peu d’autres détails sont apparus sur les activités du personnel de la CIA ou des commandos, mais leur présence dans le pays – en plus des membres du personnel diplomatique qui sont rentrés après que la Russie a mis fin à son siège de Kiev – donne une idée de l’ampleur des efforts secrets déployés pour aider l’Ukraine et des risques que Washington et ses alliés prennent », poursuit le NY Times.

Au cours du week-end, le Canada a également été signalé comme ayant des troupes d’opérations spéciales en Ukraine. Cela a été signalé il y a plusieurs mois, mais un rapport distinct du NYT offre une confirmation supplémentaire. « CTV et Global News ont tous deux rapporté fin janvier que des forces spéciales canadiennes avaient été envoyées en Ukraine, mais la Défense nationale n’a pas fait de commentaire sur ce déploiement », écrit dimanche l’Ottawa Citizen. En janvier, deux mois avant l’invasion, Yahoo News a révélé ce qui suit :

La CIA supervise un programme secret de formation intensive aux États-Unis pour les forces d’opérations spéciales ukrainiennes d’élite et d’autres membres du personnel du renseignement, selon cinq anciens responsables du renseignement et de la sécurité nationale familiers avec cette initiative. Le programme, qui a débuté en 2015, est basé dans une installation non divulguée dans le sud des États-Unis, selon certains de ces responsables.

Les forces formées par la CIA pourraient bientôt jouer un rôle essentiel à la frontière orientale de l’Ukraine, où les troupes russes se sont massées dans ce que beaucoup craignent être la préparation d’une invasion. Les États-Unis et la Russie ont entamé des discussions sur la sécurité en début de semaine à Genève, mais n’ont pas réussi jusqu’à présent à trouver un accord concret.

Alors que le programme secret, géré par des paramilitaires travaillant pour la branche terrestre de la CIA – maintenant officiellement connue sous le nom de département terrestre – a été mis en place par l’administration Obama après l’invasion et l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, et étendu sous l’administration Trump, l’administration Biden l’a encore augmenté, a déclaré un ancien haut responsable du renseignement en contact avec des collègues du gouvernement.

Ces détails semblent en outre conforter les voix qui ont insisté sur le fait que l’OTAN et la Russie mènent en fait une guerre par procuration en Ukraine, une étiquette que les responsables de l’administration Biden ont précédemment cherché à nier et à minimiser.

Le NY Times poursuit en soulignant la nature internationale de l’assistance sur le terrain : « Dans le même temps, quelques dizaines de commandos d’autres pays de l’OTAN, dont la Grande-Bretagne, la France, le Canada et la Lituanie, ont également travaillé en Ukraine. »

Mais le rapport ajoute une mise en garde : « Les États-Unis ont retiré leurs propres 150 instructeurs militaires avant le début de la guerre en février, mais les commandos de ces alliés sont restés ou sont entrés et sortis du pays depuis lors, formant et conseillant les troupes ukrainiennes et fournissant un canal sur le terrain pour les armes et autres aides, ont déclaré trois responsables américains. »

Cela suggère fortement le scénario même que beaucoup soupçonnaient depuis longtemps : les opérations de la CIA qui se sont poursuivies pendant huit ans en Ukraine n’ont pas été réduites ou interrompues au début de l’invasion russe le 24 février, mais ont seulement augmenté et ont été intensifiées. Bien entendu, il en va de même pour la présence des opérations spéciales du Pentagone à l’intérieur du pays et le long de ses frontières occidentales, notamment en Pologne.

Dimanche, le Kremlin a souligné avec colère que, alors même que ces programmes clandestins sont rendus publics par des « fuites » délibérées dans les médias, Washington a refusé de répondre à des questions simples concernant les agents et les mercenaires occidentaux présents en Ukraine, notamment après la capture récente de deux combattants américains.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré dimanche :

« Comme l’a dit [l’ambassadeur russe à Londres Andrey] Kelin, ils [les pays occidentaux] écrivent des choses provocantes et grossières. Ils ne veulent pas répondre à la question que nous posons sur leurs activités« .

Elle a accusé l’Occident de ne chercher qu’à perpétuer le conflit, déclarant : « Ils ne ménagent pas leurs efforts pour que le conflit en Ukraine se poursuive le plus longtemps possible. Nous nous souvenons de ce que le 43e président américain George Bush Jr a dit : La mission de l’Ukraine est de tuer autant de Russes que possible….. Ils ont doté l’Ukraine et le régime de Kiev de cette mission.

« Ils utilisent (l’Ukraine – TASS) comme un instrument et toute la logistique est centrée autour de cela – fournitures d’armes, envoi de personnes, tout ce qui est nécessaire pour maintenir le conflit allumé, comme l’a dit aujourd’hui [le premier ministre britannique] Boris Johnson à [le président français Emmanuel] Macron, pour empêcher le règlement de cette situation. Sinon, leur plan échouera », a déclaré Zakharova selon l’agence TASS.

SOURCE

La révélation que la CIA et les forces spéciales américaines mènent des opérations militaires en Ukraine fait effectivement mentir l’insistance de l’administration Biden, au début de la guerre, sur le fait qu’il n’y aurait pas de bottes américaines sur le terrain en Ukraine, et le fait d’admettre que les puissances de l’OTAN sont tellement impliquées dans des opérations contre une superpuissance nucléaire signifie que nous sommes proches d’un échange nucléaire que quiconque ne devrait être prendre à la légère.

Cette nouvelle ne devrait pas surprendre ceux qui connaissent le comportement habituel du cartel du renseignement américain, mais il est intéressant de noter qu’elle contredit ce que le même New York Times nous disait il y a moins de trois semaines.

« Les agences de renseignement américaines ont moins d’informations qu’elles ne le souhaiteraient sur les opérations de l’Ukraine et possèdent une bien meilleure image de l’armée russe, de ses opérations planifiées et de ses succès et échecs« , nous disait le NYT au début du mois. « Les responsables américains ont déclaré que le gouvernement ukrainien leur a donné peu de briefings classifiés ou de détails sur leurs plans opérationnels, et les responsables ukrainiens ont reconnu qu’ils n’ont pas tout dit aux Américains. »

Il semble peu probable que les agences de renseignement américaines aient du mal à obtenir des informations sur ce qui se passe dans un pays où elles sont elles-mêmes physiquement situées. À l’époque, Moon of Alabamaémettait l’hypothèse que ce ridicule discours disant « nous ne savons pas ce qui se passe dans notre propre guerre par procuration » avait pour but de donner aux États-Unis la possibilité de nier les échecs de l’Ukraine sur le champ de bataille, qui n’ont fait qu’empirer depuis.

Alors pourquoi nous disent-ils tout cela maintenant ? Eh bien, il se pourrait que l’on nous pousse à accepter le rôle de plus en plus actif des États-Unis et de leurs alliés en Ukraine.

Les Faucons en avril : N’appelez pas cela une guerre par procuration !

Les Faucons en mai : Bien sûr que c’est une guerre par procuration !

Les Faucons en juin : Ce n’est pas leur guerre, c’est notre guerre !

– Daniel Larison (@DanielLarison) 20 juin 2022

Hawks in April: Don’t call it a proxy war!
Hawks in May: Of course it’s a proxy war!
Hawks in June: It’s not their war, it’s our war!

— Daniel Larison (@DanielLarison) June 20, 2022

C’est en effet exactement ce qui s’est passé. En avril, le président Biden déclarait à la presse que l’idée qu’il s’agissait d’une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie était « fausse » et le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, répondait : « Non, c’est clairement le combat de l’Ukraine » lorsqu’on lui demandait s’il s’agissait d’une guerre par procuration. Les grands médias continuaient de présenter cette affirmation comme une simple « accusation » du gouvernement russe, et les propagandistes de l’empire réprimandaient régulièrement quiconque utilisait ce terme au motif qu’il prive les Ukrainiens de leur « libre arbitre« .

Puis le mois de mai est arrivé et tout d’un coup, le New Yorker nous a dit sans équivoque que les États-Unis sont dans « une guerre par procuration avec la Russie » et des faucons comme le membre du Congrès américain Seth Moulton ont dit des choses comme « Nous ne sommes pas seulement en guerre pour soutenir les Ukrainiens. Nous sommes fondamentalement en guerre, bien que quelque peu par procuration, avec la Russie, et il est important que nous gagnions. »

Et maintenant, ici, en juin, nous avons des faucons de guerre comme Max Boot qui déclarent ouvertement qu’il s’agit en fait de la guerre de l’Amérique, et qu’il est donc important pour les États-Unis d’intensifier drastiquement la guerre afin d’infliger aux Russes des « pertes dévastatrices« .

Nous devons comprendre que ce n’est pas leur guerre en Ukraine – c’est notre guerre – et nous devons faire plus pour vaincre l’attaque de la Russie contre l’Occident. Je parle sur @Morning_Joe du sujet de ma nouvelle colonne @PostOpinions : https://t.co/URNFXiKo1o pic.twitter.com/jG1VZChRth

– Max Boot  (@MaxBoot) 20 juin 2022

We need to understand that this isn’t their war in Ukraine—it’s our war—and we need to do more to defeat Russia’s attack on the West. Speaking on @Morning_Joe about the subject of my new @PostOpinions column: https://t.co/URNFXiKo1opic.twitter.com/jG1VZChRth

— Max Boot (@MaxBoot) June 20, 2022

Ainsi, l’idée auparavant impensable que les États-Unis soient en guerre contre la Russie a été progressivement normalisée, avec une montée en température si lente que la grenouille ne remarque pas qu’elle est en train de bouillir vivante. Si cette idée peut être suffisamment normalisée, le consentement du public pour de plus grandes escalades sera probablement acquis, même si ces escalades sont extrêmement psychotiques.

En mars dernier, lorsque j’ai dit que le seul « libre arbitre » de l’Ukraine dans ce conflit était la CIA, les loyalistes de l’empire m’ont sauté à la gorge. Ils n’arrivaient pas à croire que je disais quelque chose de si mauvais et de si faux. Aujourd’hui, on leur dit que la Central Intelligence Agency mène effectivement des opérations et dirige les services de renseignement sur le terrain en Ukraine, mais je doute que cela suscite une quelconque réflexion de leur part.

Caitlin Johnstone

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s