Le Cri des Peuples: En cas de guerre nucléaire, plus de 5 milliards de personnes mourraient de faim

Le Cri des Peuples 18 août 2022
Site logo image Le Cri des Peuples En cas de guerre nucléaire, plus de 5 milliards de personnes mourraient de faim lecridespeuples Août 18 Même si nous survivions au bombardement initial, la majeure partie de l’humanité mourrait de faim dans la foulée.Source : RT, le 16 août 2022Traduction : lecridespeuples.frAu lendemain d’une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, plus de 5 milliards de personnes pourraient mourir de faim alors que les cendres et la suie des villes en feu pénétreraient dans l’atmosphère et bloqueraient la lumière du soleil, selon une étude publiée lundi dans la revue Nature.Alors qu’une grande partie de la spéculation actuelle sur la guerre nucléaire se concentre sur les horreurs du bombardement lui-même, cette étude, menée par des chercheurs de l’Université Rutgers aux États-Unis, suggère que la véritable souffrance surviendrait dans les années suivant le conflit, lorsque la rupture des chaines d’approvisionnement et la dévastation des infrastructures locales seraient aggravées par l’effet d’un hiver nucléaire sur les cultures vivrières.L’effet de refroidissement qui serait créé lorsque les cendres d’un échange nucléaire entreraient dans l’atmosphère culminerait en un an ou deux, mais la réduction de la température durerait plus d’une décennie et impliquerait également une réduction des précipitations, selon les modèles utilisés par des chercheurs. Les fluctuations des principales sources alimentaires, notamment le maïs, le riz, le blé de printemps et le soja, ainsi que les pâturages du bétail et la pêche, ont toutes été prises en compte dans le modèle. Voir Une guerre nucléaire ferait 90 millions de victimes en quelques heures et semble de plus en plus probableAlors que la distribution de nourriture entre les pays qui ne sont pas immédiatement impliqués dans la guerre nucléaire dépendrait en partie des alliances politiques existantes, des routes commerciales et d’autres facteurs humains qui ne peuvent pas être incorporés dans le modèle climatique utilisé dans l’étude, les modèles météorologiques du modèle montrent la conduite du vent des nuages ​​de fumée et de cendres dans le ciel au-dessus des principaux producteurs alimentaires tels que les États-Unis, la Chine, l’Allemagne et le Royaume-Uni, entraînant finalement une baisse de 90 % de l’approvisionnement alimentaire mondial.Étant donné que les États-Unis et la Russie – deux grands exportateurs alimentaires – auraient déjà vu leur capacité de production alimentaire perturbée, voire complètement détruite par la guerre nucléaire elle-même, le résultat serait doublement dévastateur pour les pays qui dépendent des importations alimentaires pour survivre. »Les données nous disent une chose : nous devons empêcher qu’une guerre nucléaire ne se produise », a déclaré Alan Robock, professeur de sciences du climat et co-auteur de l’étude.Alors que l’éradication complète de la race humaine nécessiterait des arsenaux de la taille d’une superpuissance, même un échange nucléaire entre des pays moins lourdement armés, comme l’Inde et le Pakistan, rendrait des régions agricoles clés inutilisables pendant des années, déclenchant une crise majeure des réfugiés qui, en plus de l’effet de l’hiver nucléaire, pourrait condamner jusqu’à 2 milliards de personnes à la famine, ont découvert les chercheurs. Un tel résultat représenterait « seulement » une baisse mondiale de 7% des rendements agricoles, mais reste bien pire que toute perturbation de l’approvisionnement alimentaire mondial jamais modélisée par les Nations Unies.L’effet de refroidissement des cendres pénétrant dans l’atmosphère terrestre a déjà été enregistré à la suite d’éruptions volcaniques majeures telles que le mont Tambora en Indonésie en 1815 et le Laki en Islande en 1783, qui ont tous deux entraîné des famines et des bouleversements politiques.Voir Moscou : en ciblant la centrale nucléaire de Zaparojie, Kiev pousse l’Europe au bord du gouffre En effet, les défenseurs du changement climatique ont en fait proposé d’utiliser une telle tactique afin de refroidir artificiellement la planète. Une expérience menée par des scientifiques de l’Université de Harvard est actuellement en cours pour tester si l’injection de carbonate de calcium dans l’atmosphère pourrait refléter suffisamment de rayons solaires loin de la Terre pour refroidir la planète. Cela a alarmé les experts qui avertissent que le remplissage de l’atmosphère avec des particules peut avoir des résultats imprévisibles et est tout aussi susceptible de propulser la Terre dans une instabilité climatologique supplémentaire que de résoudre le prétendu problème du réchauffement.***La Russie met en garde contre un « affrontement militaire direct » avec les États-UnisLa poursuite de la confrontation entre les deux puissances pourrait conduire à des résultats imprévisibles, met en garde l’ambassade de Russie aux États-Unis.Source : RT, le 16 août 2022Traduction : lecridespeuples.frLe comportement de Washington sur la scène mondiale risque de provoquer un conflit direct entre les États nucléaires, a averti l’ambassade de Russie aux États-Unis. »Aujourd’hui, les États-Unis continuent d’agir sans égard pour la sécurité et les intérêts des autres pays, ce qui contribue à l’augmentation des risques nucléaires », a déclaré l’ambassade dans un communiqué sur sa chaîne Telegram.Voir L’Empire du Mensonge est-il impatient de recevoir la carte de visite de M. Sarmat ? « Les mesures [des États-Unis] visant à s’engager davantage dans une confrontation hybride avec la Russie dans le contexte de la crise ukrainienne sont porteuses d’une escalade imprévisible et d’un affrontement militaire direct entre puissances nucléaires. »L’ambassade a noté que Washington s’est récemment retiré de deux accords clés en matière de contrôle des armements, le traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, qui interdisait certaines catégories de missiles terrestres, et le traité de 1992 sur le ciel ouvert, qui autorisait les vols de surveillance au-dessus du territoire de l’autre partie. Il n’appelle pas à la fin des bombardements ukrainiens criminels sur la centrale. Non, il prend la position la plus veule, la plus lâche, la plus inutile, la plus dangereuse. C’est sa nature.
Ce type est l’objet d’un mépris planétaire.
Mépris qui rejaillit sur la France. pic.twitter.com/jIj0s5XSAy— Régis de Castelnau (@R_DeCastelnau) August 16, 2022L’ambassade a exhorté les États-Unis à « examiner de plus près leur propre politique nucléaire au lieu de lancer des accusations sans fondement contre les pays dont la vision du monde ne coïncide pas avec celle des Américains ». »Notre pays remplit fidèlement ses obligations en tant qu’État doté d’armes nucléaires et fait tout son possible pour réduire les risques nucléaires », ont déclaré les diplomates.Cette déclaration intervient après que les États-Unis ont accusé Moscou d’utiliser la centrale nucléaire de Zaporozhye, dans le sud de l’Ukraine, comme couverture pour ses soldats. La centrale, la plus grande d’Europe, a été saisie par les troupes russes au début de l’opération militaire de Moscou en Ukraine, qui a été lancée fin février. Elle continue de fonctionner avec du personnel ukrainien sous contrôle russe. ZELENSKY ADMET QUE L’🇺🇦 BOMBARDE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPOROJIE
Personne ne gobant que c’est l’armée🇷🇺qui se bombarde elle-même,Zelensky change le « narratif »
-OK,c’est🇺🇦qui bombarde
-mais🇺🇦vise les soldats🇷🇺et non les réacteurs nucléaires à 20 mètres ! https://t.co/onk1ZhS9kh— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 17, 2022Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a qualifié l’action de la Russie dans cette installation de « summum de l’irresponsabilité ». La Russie et l’Ukraine, quant à elles, s’accusent mutuellement d’avoir bombardé l’usine. Selon Moscou, les tirs d’artillerie des forces ukrainiennes ont provoqué plusieurs incendies et des coupures partielles de courant ce mois-ci.Voir La Russie exige que les Etats-Unis retirent leurs armes nucléaires d’EuropeLa Russie a pris l’initiative d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies la semaine dernière concernant la situation autour de la centrale électrique de Zaporozhye. L’envoyé russe Vassily Nebenzia a déclaré que Moscou soutient l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour qu’elle inspecte l’installation le plus rapidement possible.Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s